Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

visualisez le ralentissement de la hausse des prix depuis un an

Si les prix restent élevés, le rythme de l’inflation continue de baisser, atteignant 2,3% sur un an en mars, son plus bas niveau depuis septembre 2021.

Publié


Temps de lecture : 1 min

Clients d'un supermarché à Toulouse, le 20 mars 2024. L'alimentation est le secteur dans lequel le ralentissement de l'inflation est le plus marqué.  (ADRIEN NOWAK / HANS LUCAS / AFP)

C’est l’heure d’une accalmie. L’inflation s’est établie à 2,3% sur un an en mars, selon une estimation provisoire publiée par l’Insee vendredi 29 mars, confirmant la baisse observée depuis début 2023. Il faut remonter à septembre 2021 pour retrouver un taux aussi bas, comme le montre par l’évolution de l’indice des prix à la consommation au cours des dernières années.

L’inflation se rapproche ainsi des niveaux enregistrés avant la pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine. « Le choc inflationniste aura duré 3 ans »analyse Philippe Waechter sur le réseau social « devrait se normaliser à 2% au cours du deuxième trimestre ».

Le ralentissement de l’inflation s’observe pour tous les postes de consommation. Le phénomène est particulièrement marqué pour l’alimentation, où la hausse des prix sur un an est estimée à 1,7% en mars, contre 3,6% en février. L’inflation alimentaire n’est pas descendue sous la barre symbolique des 2% depuis février 2022.

La hausse des prix des produits manufacturés retombe à +0,1 % en mars après s’être établie à +0,7 % en février. Du côté de l’énergie, la hausse s’élève à +3,4% en mars contre +4,3% en février. L’accalmie est plus timide dans les services : +3,2 % sur un an en mars après +3,2 % en février. Le tabac retombe finalement à +10,7% en mars après avoir atteint +18,7% en février.

Cette tendance générale ne signifie pas que le coût de la vie va recommencer à baisser. « N’oublions pas que si l’inflation ralentit, les prix resteront élevés, notamment dans les secteurs de l’énergie et de l’alimentation.rappelle l’économiste Philippe Waechter, et que ce sont des facteurs qui continuent de peser sur le pouvoir d’achat des ménages.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page