Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Vers une explosion de la bulle électrique ?

Kelkoo, i-bazar, voilà.fr. Qui se souvient de ces sites français ? Et pourtant, à la fin des années 90, ils étaient des stars de la bourse et des chouchous des investisseurs. À l’image des Altavistas et autres Lycos qui ont fait flamber les cours du Nasdaq à New York. Jusqu’en mars 2020. Le 20 de ce mois, les taux d’intérêt ont fortement augmenté et, en quelques semaines, la bulle a éclaté. De nombreuses start-ups déjà impressionnantes, un nom inventé dans les années euphoriques, font faillite et l’économie du Web est obligée de repartir de zéro ou de peu.

L’infrastructure n’était pas prête

Mais qu’est-ce qui a provoqué l’éclatement de cette bulle, à part ces taux d’intérêt embêtants ? Les utilisateurs, les infrastructures et la technologie n’étaient pas du tout prêts à révolutionner le commerce, l’information et tout ce que le Web avait promis aux investisseurs aveuglés par les nouvelles technologies. Un problème qui en rappelle un autre : celui de la voiture électrique.

Depuis plusieurs mois, après une année 2023 plutôt euphorique, les ventes sont en berne. Les gouvernements français et américain revoient leur copie, en assouplissant l’accès aux ZFE, et en assouplissant les obligations de passage à l’électricité. L’Allemagne, par rigueur budgétaire, supprime les primes et la France, pour les mêmes raisons, les réduit. Du côté des constructeurs, le déclin vers le thermique est avéré. BMW et Mercedes refusent d’enterrer le pétrole trop vite et Stellantis sort son bon vieux Citroën Berlingo au fioul. Quant aux marchés, ils hésitent à continuer de miser sur les marques émergentes.

Mais d’un autre côté, pourquoi les automobilistes refusent-ils de suivre le courant électrique ? Parce que les voitures sont trop chères. Parce que les conducteurs ont peur (souvent un fantasme) du manque d’autonomie des voitures et parce qu’ils craignent le manque de simplicité de recharge lorsqu’ils sont loin de chez eux. Autant d’obstacles liés aux infrastructures et à la technologie. Quant au Web il y a 24 ans.

Tesla (ici son Model Y) sera-t-elle encore là dans vingt ans ?
Tesla (ici son Model Y) sera-t-elle encore là dans vingt ans ?

Mais l’explosion de la bulle a-t-elle affecté Internet ? Bien au contraire. Aujourd’hui les GAFAM dominent le monde, le web a en partie vaincu le commerce traditionnel et s’est presque entièrement emparé de la presse papier. Avec de nouvelles entreprises ? Pas nécessairement. Amazon était déjà présent en 2000, tout comme les bons vieux Apple et Microsoft. Quant à certains sites déjà présents, comme Caradisiac créé en 2000, ils ont fait mieux que survivre : ils ont connu le succès après la crise.

Abonnez-vous à la newsletter Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email renseignée dans ce formulaire est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Ces données sont utilisées pour vous envoyer des informations sur nos offres, actualités et événements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, ces données seront transmises à nos partenaires, en qualité de responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression de ces données, d’un droit à la limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL) . Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Qui survivra à la bulle électrique ? Des nouveaux venus comme Tesla et Byd, ou des anciens comme Stellantis, BMW, Mercedes ou le groupe Volkswagen. Impossible de le savoir, car l’histoire ne se répète pas, tout au plus bégaie-t-elle.

Certes, certaines entreprises technologiques sont mortes au combat, tout comme certaines marques automobiles risquent de mourir à court terme. Mais regardons vers l’avenir dans vingt ans. Quand il sera aussi simple de recharger sa voiture électrique que sa voiture thermique, avec un temps de charge (presque) équivalent à celui d’un réservoir plein et une autonomie au moins similaire à celle d’un moteur diesel.

Totalement utopique et sans aucun fondement scientifique ? Ceux qui pensent ainsi ont dû se dire, en 1997, lors de la création de Netflix, que cette société qui livrait des DVD dans les foyers ne valait pas un sou, et ne deviendrait certainement pas, deux décennies plus tard, le roi du streaming. , en diffusant automatiquement et instantanément des films sur un téléviseur.

Ray Richard

Head of technical department in some websites, I have been in the field of electronic journalism for 12 years and I am interested in travel, trips and discovering the world of technology.
Bouton retour en haut de la page