Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

États-Unis : une femme poursuivie pour meurtre après son avortement attaque la justice du Texas

N’abandonnez pas votre corps ni vos choix. Lizelle Herrera Gonzalez a déposé jeudi une plainte devant un tribunal fédéral du Texas contre les procureurs de l’État qui l’avaient poursuivie en 2022 pour « meurtre » après avoir provoqué son avortement pour éviter de mener sa grossesse à terme.

Depuis le 1er septembre 2021, quelques mois avant que la Cour suprême des États-Unis n’annule la garantie constitutionnelle protégeant l’avortement, l’avortement est interdit au Texas après 6 semaines de grossesse, même en cas d’inceste ou de viol. . En théorie, les femmes qui souhaitent avorter sont exemptées de poursuites pénales. Seuls les médecins qui pratiquent des avortements et les personnes qui les aident ou les encouragent risquent jusqu’à 99 ans de prison. Une prime au signalement, qui peut s’élever à 10 000 $, est même offerte à tout citoyen qui participe à cette vaste entreprise de dépollution des pratiques illégales. Certaines femmes, dont le fœtus présentait une malformation ou était atteint du syndrome de Down, ont été empêchées par la justice d’avorter.

Pilule de misoprostol

En avril 2022, Lizelle Herrera Gonzalez, alors âgée de 26 ans, était enceinte de 19 semaines lorsqu’elle a pris du misoprostol, l’un des deux médicaments utilisés dans les avortements médicamenteux. Le misoprostol est également utilisé pour traiter les ulcères d’estomac. Après avoir pris cette pilule, la jeune femme a subi un examen obstétrical à l’hôpital et en est sortie avec des douleurs abdominales. Le lendemain, elle est revenue avec des saignements et l’examen n’a révélé aucun battement de cœur fœtal. Les médecins ont ensuite pratiqué une césarienne pour accoucher d’un bébé mort-né. L’hôpital, selon des documents judiciaires joints à la plainte jeudi, a signalé l’avortement volontaire au bureau du procureur du comté de Starr, qui a ensuite inculpé la femme de meurtre, même si la loi ne le prévoit pas, et d’avortement volontaire.

Dans un pays où les procureurs sont élus par la population, sur la base de programmes politisés, cette affaire sonne comme un avertissement à toutes les femmes qui osent défier la loi.

Gonzalez a été arrêté et détenu pendant deux jours et deux nuits, puis libéré sous caution avant que les charges retenues contre lui ne soient abandonnées, grâce à la mobilisation des groupes de défense des droits et des associations.

Le procureur a reconnu avoir su, avant le début de la procédure, qu’ils étaient illégaux

La plainte vise le comté de Starr, proche de la frontière avec le Mexique, où s’est déroulée l’affaire, le procureur Gocha Ramirez et son adjointe Alexandria Lynn Barrera. Dans son procès, Lizelle Herrera Gonzalez affirme que l’arrestation et l’inculpation ont porté atteinte à sa réputation – son nom ayant été révélé par les autorités – et causé une détresse morale ; elle cherche à « faire valoir ses droits, mais aussi à demander des comptes aux fonctionnaires qui les ont violés ». Cecilia Garza, son avocate, réclame un million de dollars de dommages et intérêts. « Les conséquences des actions illégales et inconstitutionnelles des accusés ont changé à jamais la vie du plaignant », indiquent les documents judiciaires.

Le procureur Gocha Ramirez a déclaré vendredi qu’il n’avait pas encore reçu de plainte et a refusé de commenter. Le juge du comté de Starr, Eloy Vera, le plus haut élu du comté, a également refusé de commenter.

Il y a quelques semaines, Gocha Ramirez a accepté de payer une amende de 1 250 $ dans le cadre d’un règlement avec le barreau de l’État du Texas pour avoir lancé à tort des accusations criminelles contre Lizelle. L’enquête du barreau a révélé que Ramirez avait autorisé son assistant à porter l’affaire devant un grand jury et avait menti en affirmant qu’il n’était pas au courant des accusations avant qu’elles ne soient déposées devant le tribunal. Comté. Le procureur a également accepté une suspension avec sursis de son permis d’avocat, pour une durée d’un an à compter du lundi 1er avril.

Eleon Lass

Eleanor - 28 years I have 5 years experience in journalism, and I care about news, celebrity news, technical news, as well as fashion, and was published in many international electronic magazines, and I live in Paris - France, and you can write to me: eleanor@newstoday.fr
Bouton retour en haut de la page