Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

Jannik Sinner après son titre à Miami : « Je reste dans l’instant »

« Daniil Medvedev a récemment déclaré que vous et Carlos Alcaraz seriez les joueurs qui remporteraient le plus de titres dans un avenir proche. Qu’est-ce que cela signifie pour toi?

Beaucoup. En même temps, j’ai encore beaucoup de choses à prouver. J’ai vraiment bien commencé la saison, je ne pensais vraiment pas que ça se passerait comme ça. Mais je reste dans l’instant présent. Ce qui est fait est fait et chaque tournoi sera une nouvelle opportunité. C’est comme ça que je vois les choses. J’ai une super équipe qui me pousse. Nous savons ce qui doit être amélioré. Maintenant, c’est la saison sur terre battue et généralement c’est compliqué pour moi. Nous verrons comment ça se passe cette année. Bien sûr, ma vie est belle en ce moment. Je joue beaucoup de matches, j’ai gagné trois tournois. Pour moi, cela signifie beaucoup. Mais d’un autre côté, dans trois ou quatre jours, il faudra reprendre l’entraînement pour essayer d’être meilleur. Nous verrons donc ce que l’avenir nous réserve.

Vous avez évoqué vos difficultés sur terre battue. Avez-vous un objectif particulier cette saison ?

Déjà, nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous adapter à la surface. Pour Monte-Carlo, nous commencerons l’entraînement jeudi, je crois. Cela laisse à peine une semaine pour s’adapter. Il y a souvent des surprises à Monte-Carlo, nous verrons donc ce qui se passera cette année. Bien entendu, l’objectif principal, c’est Roland-Garros. Mais d’abord, il y a Rome qui est un tournoi très important pour moi, avec le public derrière moi, c’est toujours spécial. Mais je suis détendu à ce sujet. J’ai l’impression d’avoir beaucoup appris l’année dernière sur ce que je peux faire de mieux. Physiquement, je suis en meilleure forme que l’an dernier, ce qui est important sur terre battue. Nous allons voir ce qui se passe.

Vous avez parlé de la difficulté de quitter vos parents à 13 ans. Ils travaillent toujours et n’étaient pas à Miami. Est-ce que ça te manque?

Ils vivent leur vie et je vis la mienne. Mon père vivait à Indian Wells. Il y a quelques tournois où ils pourraient venir. Monte-Carlo, probablement. Rome et Vienne aussi. Et le Masters de Turin, si je me qualifie. Mais c’est tout. Ils ne voyagent pas beaucoup. Et mes grands-parents ne sont plus jeunes et ils veulent rester près d’eux, je les connais. Ils vivent dans un endroit magnifique et ont une belle vie. Bien sûr, ils me manquent. Je n’ai pas passé beaucoup de temps avec eux. J’espère pouvoir rattraper ce temps à l’avenir, mais le plus important est qu’ils soient heureux. Je sais que je suis heureux, et quand ils savent que je suis heureux, ils sont heureux. Donc, tout va bien. »

Jeoffro René

I photograph general events and conferences and publish and report on these events at the European level.
Bouton retour en haut de la page