Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Avec un président polygame, le pays découvre la vie politique avec deux Premières dames

A quelques minutes de la fin de la campagne présidentielle au Sénégal, Bassirou Diomaye Faye marche à pas mesurés sur une estrade en tenant par la main ses deux épouses, Marie et Absa. Une scène jamais vue auparavant dans l’espace politique national.

Applaudi par des milliers de partisans en liesse, le candidat de la rupture et du panafricanisme a choisi d’afficher ouvertement sa polygamie, pratique traditionnelle et religieuse solidement ancrée dans la culture sénégalaise, avant son élection triomphale au premier tour de scrutin. avec 54,28% des voix.

« Une consécration de la tradition de la polygamie »

Peu connue jusqu’à présent, Marie Khone, la première femme qu’il a épousée il y a quinze ans et avec qui il a 4 enfants, est originaire du même village que lui. Il a épousé la seconde, Absa, il y a un peu plus d’un an. « C’est une consécration de la tradition de la polygamie au sommet de l’Etat avec une situation qui collera à la réalité sénégalaise », estime le sociologue Djiby Diakhaté, ajoutant que cette pratique est « populaire » par beaucoup d’hommes mais que beaucoup de femmes restent « méfiant » des principes qui le régissent.

La polygamie a longtemps été un sujet de polémique dans ce pays composé à plus de 90% de musulmans, mais l’apparition publique de « BDF » entouré de ses deux épouses a placé le sujet au cœur des débats, dans les médias, sur les réseaux sociaux. et au sein des ménages, provoquant diverses réactions.

Une pratique qui divise le pays

Une sociologue de renom, Fatou Sow Sarr, a quant à elle posté sur X que « la polygamie, la monogamie, la polyandrie sont des modèles matrimoniaux déterminés par l’histoire de chaque peuple ». Avant de publier rapidement un autre message sur le même réseau social : « ma pensée la plus profonde est que l’Occident n’a aucune légitimité pour juger nos cultures ».

Pourtant, de nombreuses femmes au Sénégal dénoncent cette pratique qu’elles jugent hypocrite et injuste à leur égard. Et la Commission des droits de l’homme de l’ONU a statué dans un rapport publié en 2022 que la polygamie constitue une discrimination à l’égard des femmes qui doit être éradiquée.

Un protocole à revoir

Plusieurs séries sénégalaises à succès consacrées à ce thème ces dernières années comme « Maîtresse d’un homme marié » ou encore « Polygamie » ont mis en lumière les bouleversements et les tensions au sein des familles confrontées à la polygamie.

Pour l’ancienne ministre de la Culture, professeur d’histoire Penda Mbow, la nouvelle situation au palais présidentiel « est totalement inédite. Jusqu’à présent, il n’y avait qu’une seule Première Dame. Cela signifie que l’ensemble du protocole doit être revu.

Une polygamie totalement acceptée

Bien que difficile à quantifier car de nombreux mariages ne sont pas enregistrés, 32,5 % des Sénégalais mariés vivent dans des unions polygames, selon un rapport de 2013 de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie.

Pour le sociologue Djiby Diakhate, Bassirou Diomaye Faye a lancé un « signal fort pour que les autres hommes assument aussi leur polygamie, et qu’ils fassent preuve de transparence comme lui » avec « sans doute une volonté de mettre fin à la pratique de la polygamie cachée, appelée « Takou Souf » (en wolof), ce qui, selon lui, « sera une bonne chose pour l’économie du pays et pour la situation matrimoniale ».

En réponse à ses détracteurs, le nouveau président sénégalais accepte pleinement sa polygamie. « J’ai de beaux enfants parce que j’ai des épouses merveilleuses. Elles sont très belles. Et je remercie Dieu qu’ils soient toujours pleinement derrière moi », a-t-il déclaré lors de la campagne présidentielle.

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page