Skip to content
Zelensky accuse Macron de vouloir faire des concessions diplomatiques à Poutine, l’Elysée se défend — RT en français

L’Elysée a assuré qu’Emmanuel Macron n’avait « jamais discuté de quoi que ce soit avec Vladimir Poutine sans l’accord du président Zelensky », après que ce dernier ait reproché au chef de l’Etat français de vouloir « faire des concessions diplomatiques » à la Russie.

« Le président de la République n’a jamais rien discuté avec Vladimir Poutine sans l’accord du président Zelensky. Il a toujours dit que c’était aux Ukrainiens de décider des termes de leurs négociations avec les Russes », s’est défendu l’Elysée auprès de l’AFP le 13 mai alors que le président ukrainien reprochait, la veille au soir, à Emmanuel Macron la position qu’il avait exprimée lors de la début de semaine afin de mettre un terme à l’opération militaire russe en Ukraine. Le président français avait en effet affirmé le 9 mai que, pour mettre fin au conflit ukrainien, il fallait construire la paix sans « humilier » la Russie.

« Il ne faut pas chercher une porte de sortie pour la Russie, et Macron le fait en vain », avait en réaction regretté Volodymyr Zelensky le 12 mai sur la chaîne de télévision italienne RAI 1. « Je sais qu’il voulait obtenir des résultats dans la médiation entre la Russie et l’Ukraine, mais il n’y en avait pas », a-t-il dit.

« Macron n’a pas besoin de faire des concessions diplomatiques [à la Russie] maintenant », a encore estimé Volodomyr Zelensky, qualifiant la démarche de son homologue français de « pas très correcte » alors qu’elle permettrait, selon lui, à Vladimir Poutine de « sauver la face ».

Le président ukrainien a également estimé que « le moment de s’asseoir autour d’une table avec la Russie [était] « Ce n’est plus possible », a-t-il dit. Volodymyr Zelensky a cependant réitéré son désir de rencontrer Vladimir Poutine, « mais seulement avec lui, sans médiateur, et dans une logique de dialogue, non [en lançant] ultimatums », a-t-il déclaré. Après plusieurs séries de pourparlers entre Moscou et Kiev en mars, les pourparlers sont depuis au point mort.

Pour rappel, l’offensive russe en Ukraine, dénoncée par Kiev et l’Occident comme une guerre d’invasion, a été lancée le 24 février. Selon le président russe Vladimir Poutine, cette opération militaire spéciale vise à « démilitariser » et « dénazifier » l’Ukraine et pour sauver les républiques autoproclamées du Donbass (reconnues par Moscou), dont les populations sont menacées de « génocide ».

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.