Skip to content
Washington dit étudier un plafonnement du prix du pétrole russe — RT en français

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré lors d’une visite au Canada que les États-Unis discutaient avec leurs alliés d’un plafonnement des prix du pétrole brut russe. Mais les moyens pour y parvenir ne sont pas connus.

« Nous continuons d’avoir des conversations productives avec nos partenaires et alliés du monde entier sur la manière de restreindre davantage les revenus énergétiques de la Russie, tout en évitant les effets collatéraux sur l’économie mondiale », indique le communiqué du 20 juin. lors d’une visite au Canada, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, citée par l’AFP.

« Nous parlons de plafonds de prix ou d’une exception de prix qui étendraient et renforceraient les restrictions énergétiques récentes et proposées [par les Etats-Unis et leurs alliés]ce qui ferait baisser le prix du pétrole russe et comprimerait les revenus de Poutine tout en permettant à davantage de pétrole d’atteindre le marché mondial », a-t-elle expliqué.

Janet Yellen a également fait valoir que ce plafond « préviendrait les effets collatéraux sur les pays à faible revenu et en développement aux prises avec des coûts alimentaires et énergétiques élevés ». Le secrétaire au Trésor s’est rendu au Canada pour élaborer une stratégie avec la vice-première ministre d’Ottawa, Chrystia Freeland, sur la manière dont les deux pays continueront de répondre au conflit en Ukraine, de lutter contre l’inflation galopante, de renforcer les chaînes d’approvisionnement mondiales et de sécuriser les minéraux essentiels.

Tous deux estimaient que la gestion de l’inflation relevait avant tout des banques centrales, mais que les gouvernements pourraient éventuellement adopter des mesures ciblées pour soulager les Américains et les Canadiens confrontés à des problèmes de pouvoir d’achat, notamment sur l’alimentation. et le carburant.

Un cartel d’acheteurs

L’idée de plafonner les prix du pétrole – et pas seulement du pétrole russe – a été avancée le 31 mai par le président du Conseil italien Mario Draghi, à l’issue d’une réunion du Conseil européen à Bruxelles. Le dirigeant italien a alors annoncé aux journalistes qu’un mandat avait été donné à la Commission européenne pour étudier la faisabilité de cette mesure.

« L’idée est de créer un cartel d’acheteurs, ou de persuader les gros producteurs, et l’Opep en particulier, d’augmenter la production, ce qui est peut-être la voie privilégiée », avait alors déclaré Draghi. par le quotidien économique britannique Le Financial Times. Cependant, il a reconnu que dans les deux cas, il y avait encore « beaucoup de travail à faire ».

Mais pour le site américain oilprice.com, référence mondiale de l’information professionnelle sur les marchés de l’énergie : « Un cartel d’acheteurs n’est certainement pas quelque chose que vous voudriez imposer à l’Opep au moment où vous avez un besoin urgent de plus de pétrole. »

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.