Skip to content
Wall Street termine en nette hausse, sur des achats techniques, sans conviction


La Bourse de New York a conclu en nette hausse mardi, la forte baisse de la semaine dernière ayant créé un frein, mais le pessimisme reste dominant.

Le Dow Jones a gagné 2,15% à 30 530,25 points, l’indice Nasdaq à forte composante technologique a augmenté de 2,51% à 11 069,30 points et l’indice S&P 500 plus large a gagné 2,45% à 3 764,79 points.

« Quelle que soit la mesure que vous examiniez, le marché était tombé trop bas et il était temps de rebondir », a déclaré Quincy Krosby de LPL Financial.

Pour l’analyste, le mouvement a été accentué par des opérateurs qui avaient misé sur une baisse des indices et ont dû racheter pour se couvrir.

L’indice VIX, qui mesure la volatilité des marchés, a légèrement baissé, reflétant une légère augmentation de l’appétit pour le risque.

L’impression s’est également retrouvée sur le marché obligataire, délaissé au profit d’actifs moins sûrs, principalement les actions.

Le rendement des emprunts d’Etat à 10 ans, qui évolue dans le sens inverse de leurs prix, est monté à 3,28%, contre 3,22% vendredi (lundi était férié aux Etats-Unis).

Les indices ont été portés par les valorisations les plus importantes de la notation, d’Apple (+3,28%) à Alphabet (+4,11%), en passant par Tesla (+9,35%), Amazon (+2,32%) ou Microsoft (+2,46%) .

Seul Meta s’est démarqué (-4,09% à 157,05 dollars), tandis que le groupe a trouvé un accord à l’amiable avec le ministère américain de la Justice. Facebook était accusé d’avoir proposé aux annonceurs de choisir qui pouvait voir leurs publicités, notamment selon des critères ethniques, sociaux et religieux.

« La question est, est-ce que ce rebond est le bon ? », selon Quincy Krosby, en référence à un possible redémarrage du marché, qui aurait atteint un creux.

A en juger par le volume d’échanges de mardi, l’un des plus bas depuis le début de l’année, au lendemain d’un jour férié, la conviction manque et peu d’investisseurs reviennent sur le marché.

« Est-ce que les gens veulent vraiment prendre des risques maintenant, sans savoir si la Fed (banque centrale américaine) va nous entraîner en récession ou si les entreprises américaines vont revoir à la baisse leurs prévisions ? demanda Quincy Krosby.

Dans un discours mardi, le président de la succursale de la Fed à Richmond, en Virginie, Tom Barkin, a défendu la logique d’un ralentissement provoqué par la banque centrale américaine, qui préconise un « retour à la normale » de l’économie, tout en estimant qu’une récession pourrait être évité.

Wall Street suivra les auditions du président de la Fed, Jerome Powell, mercredi devant la commission sénatoriale des banques et jeudi devant la commission des services financiers de la Chambre.

Quincy Krosby attend notamment des questions pressantes des élus de la Chambre sur « ce que cette position agressive » de la Fed, en plein resserrement monétaire accéléré, « aura comme conséquences pour l’Américain moyen ».

En Bourse, la compagnie américaine Spirit Airlines a été portée (+7,94% à 22,97 dollars) par la hausse de l’offre publique d’achat de son concurrent JetBlue (-1,64%), de 31,50 à 33,50 dollars, ce qui valorise l’entreprise à environ 3,64 milliards de dollars. Les actionnaires devront trancher, lors de l’assemblée générale du 30 juin, entre une fusion avec une autre société, Frontier, ou le rachat par JetBlue.

Wall Street a salué la décision de Kellogg (+1,95% à 68,86 dollars) de se scinder en trois sociétés distinctes pour favoriser la croissance de son activité dédiée aux produits à base de plantes, considérée comme la plus prometteuse. Le groupe Battle Creek (Michigan) va également créer une société regroupant les céréales en Amérique du Nord, la troisième englobant le reste des activités de Kellogg.

Le spécialiste des contrats de signature électronique DocuSign a lâché 1,65%, à 59,55 dollars, après l’annonce du départ de son directeur général, Dan Springer.

Soutenue par une hausse de la recommandation des analystes du Credit Suisse, ainsi que par la hausse des prix du pétrole, Exxon Mobil a défilé (+6,22% à 91,48 dollars) avec, dans son sillage, la plupart des valeurs du secteur , de Chevron (+4,19%) à Marathon Oil (+3,11%).

Après une semaine très délicate, qui a vu le bitcoin passer sous la barre des 20 000 dollars samedi, le secteur des cryptomonnaies a profité du petit rebond des monnaies numériques, comme Coinbase (+12,24%), Riot Blockhain (+9,46%) ou Block (+3,44%) .


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.