Skip to content
Voitures de la série Lincoln Mark, Feeling Continental (Partie III)


Aujourd’hui, nous en sommes au troisième épisode de notre couverture des voitures de la série Lincoln Mark. Jusqu’à présent, nous avons couvert le Continental original qui a fonctionné de 1939 à 1948 et appris les décisions de style qui ont fait du Continental Mark II du milieu du siècle le plus excellent. Le Mark II est arrivé pour annoncer la naissance de la nouvelle division de luxe Continental de Ford. Une division de Ford et ne pas Lincoln-Mercury, Continental a été établi comme le fleuron de l’activité Ford. On reprend vers 1952, avec Cadillac.

Voitures de la série Lincoln Mark, Feeling Continental (Partie III)

Le dévoilement de la Cadillac Eldorado en 1952 et son arrivée en 1953 ont posé problème à Ford, qui voulait battre General Motors via un one-up. Les hauts gradés du siège social de Dearborn ont décidé que la meilleure façon de battre Cadillac au jeu du coupé de luxe personnel était d’introduire une nouvelle marque, une qui était au dessus de Cadillac en termes de prix, de style, de qualité, de sophistication et de tous ces autres adjectifs de luxe utilisés dans le matériel de relations publiques à bout de souffle.

Un petit groupe au sein de Ford a commencé la planification continentale en 1952, en tant que projet d’unité des opérations de produits spéciaux. Le groupe était dirigé par le fils d’Edsel, William Clay Ford (1925-2014), ainsi que par le designer susmentionné Gordon Buehrig et le styliste John Reinhart, et l’ingénieur Harley Copp. La première tentative du groupe pour courtiser le conseil d’administration de Ford avec un autre Continental a été rejetée. Mais ils ont continué à essayer, et la conception du Mark II a été approuvée par la direction et achevée en 1953. Sans aucun doute, l’Eldorado en tant que réalité sur les lots des concessionnaires Cadillac a mis une certaine pression sur la C-suite.

L’équipe des opérations de produits spéciaux avait de plus grandes idées pour la marque Continental au-delà du Mark II. Ils avaient lancé toute une gamme de véhicules, dont un rétractable hard-top cabriolet et une plus grande berline à toit rigide à quatre portes. Malheureusement, rien de tout cela ne se produirait après les débuts de Mark II. Mais nous en discuterons plus tard.

Ford n’était pas la seule entreprise à avoir une idée de marque de super luxe; à peu près à la même époque, Chrysler a dévoilé sa propre division de luxe exclusive : Imperial. General Motors était la seule marque Big Three qui n’a pas adopté une tactique divisionnaire distincte, mais ce n’était pas comme Cadillac. avait besoin supérieur.

Voitures de la série Lincoln Mark, Feeling Continental (Partie III)

Continental et Imperial avaient des choses en commun et ont poursuivi l’acheteur de voitures national bien nanti avec des promesses de qualité supérieure et de détails artisanaux. Là où ils différaient, c’était dans les styles de carrosserie: l’Impériale originale de 1955 et 1956 était disponible avec deux et quatre portes, et dans diverses saveurs comme la berline, le toit rigide et la limousine. Mark II était un modèle singulier, disponible uniquement en tant que coupé à toit rigide. Les prix des deux marques différaient également, mais nous y reviendrons dans un instant.

Le nom du modèle Mark II de Continental était destiné à le lier directement au modèle glamour des années 1940 dont on se souvenait si affectueusement. Marque II en particulier sonnait européen, car de nombreux véhicules d’outre-mer utilisaient cette nomenclature pour distinguer les générations ou les mises à jour de modèles. Et c’est ainsi que la division Continental a fait ses débuts en 1955, avec son offre singulière en tant que coupé Mark II. Comme il se doit, la division Continental fait ses débuts sensationnels en octobre 1955 au Mondial de l’Automobile de Paris. Ford a suivi cela avec un lancement US Mark II au siège social de Dearborn. Le Mark II a été mis en vente pour l’année modèle 1956, un an après l’introduction de l’Impériale.

Voitures de la série Lincoln Mark, Feeling Continental (Partie III)

Selon Ford, la Mark II était une automobile de la plus haute qualité. Il a été construit à la main et vendu à grands frais à un groupe d’acheteurs exclusifs qui ont eu la chance de se permettre une telle extravagance. La voiture la plus chère produite par Ford à l’époque, la Mark II était aussi la voiture américaine la plus chère que l’argent pouvait acheter. Partie de son illustre gloire, la Mark II n’a pas été vendue avec la concurrence de Cadillac et Imperial, mais plutôt avec la Rolls-Royce Silver Cloud (1955-1966).

La Silver Cloud était le modèle « d’entrée de gamme » de RR, dans la catégorie des voitures de luxe. Elle a été éclipsée par la seule autre voiture proposée par Rolls-Royce à l’époque, la Phantom de cinquième génération. C’était une époque très différente chez Rolls-Royce, ce qui devient évident lorsque l’on considère l’équivalent moderne du Silver Cloud. C’est la Ghost, une très belle version de la BMW Série 7.

Lors de ses débuts, le Mark II demandait 9 966 $ (adj. 106 912 $) et avait la climatisation comme seul élément sur sa liste d’options. Ceux qui voulaient conduire le Mark II avec un minimum de transpiration ont payé 595 $ (adj. 6 383 $) pour la climatisation installée en usine. À titre de comparaison, l’objectif Rolls-Royce a rapporté 13 250 $ (adj. 142 142 $) en 1956, ce qui a fait passer le Mark II pour une bonne affaire. Cependant, comparé à un Imperial Southampton à deux portes à 5 257 $ (adj. 56 395 $) ou 6 286 $ (adj. 67 434 $) pour l’Eldorado Seville, le Mark II était très certainement ne pas une bonne affaire.

Sous sa carrosserie luxueuse, la Mark II partageait sa plate-forme avec les voitures Lincoln standard de l’époque, Premiere et Capri. Ces deux modèles étaient des voitures pleine grandeur et, comme mentionné précédemment, la Capri était la version haut de gamme de la première de base. Le châssis carrosserie sur châssis a été modifié en un cadre en forme de Y qui permettait une hauteur de carrosserie inférieure et de la place pour les doubles échappements Mark II standard.

Voitures de la série Lincoln Mark, Feeling Continental (Partie III)

Les changements de plate-forme ont fait une différence dans l’apparence générale du Mark II, car le produit final était plus court de plus de quatre pouces que le Capri, deux pouces plus étroit et trois pouces plus bas du sol. Le pare-brise était également huit pouces plus en arrière qu’un Capri. L’empattement de 126 pouces était inchangé par rapport aux autres Lincoln, mais une longueur totale de 218,4 pouces, une largeur de 77,5 pouces et une hauteur de 56,3 pouces étaient toutes des Mark II.

Ford a retiré la suspension standard de Lincoln pour le Mark II, mais a apporté un changement notable. Le poids de 4 960 livres du Mark était suffisant un peu plus lourd que le Capri le plus lourd, qui pesait entre 4 300 et 4 600 livres. Pour faire face au poids et donner aux gens du marketing quelque chose à dire, Ford a placé des amortisseurs sensibles à la vitesse à l’avant du Mark II.

Ailleurs dans l’actualité mécanique, il n’y avait pas grand-chose à se vanter. Pour réduire les coûts de construction déjà considérables, le Mark II a emprunté son moteur directement à d’autres Lincoln. Le moteur en question était le V8 à bloc Y de la société, dans sa plus grande spécification de 368 pouces cubes. Le bloc Y était une famille de moteurs utilisés pendant un temps limité dans le portefeuille de Ford : entre 1952 et 1963, le moteur a été trouvé dans l’une des six cylindrées des offres de camions lourds de Ford, Lincolns et Mercurys.

Voitures de la série Lincoln Mark, Feeling Continental (Partie III)

Le Y était le premier moulin V8 OHV de Ford. Il a été développé par Lincoln et a été utilisé dans les véhicules Lincoln première. Ford a été poussé dans le développement de moteurs en raison des succès d’Oldsmobile, Buick et Cadillac avec des V8 OHV, en particulier la puissance Rocket d’Oldsmobile. Chrysler a également battu Ford au poing et a offert le Hemi OHV V8 à partir de 1951.

La puissance de sortie du Y variait de 160 à 300 chevaux selon la cylindrée et les spécifications du carburateur, avec un couple compris entre 246 et 415 lb-pi. Le 368 était une nouvelle variante pour 1956 et s’est avéré être le développement final de ce moteur particulier. En utilisation Mark II, il produisait 285 chevaux lors de son introduction et 300 chevaux en 1957. Les chiffres de couple étaient de 402 lb-pi au départ et de 415 lb-pi de couple la deuxième année du Mark II. La seule transmission disponible était une automatique à trois vitesses, une collaboration entre Lincoln et Borg-Warner appelée Turbo-Drive.

Bien que la plate-forme et le train de roulement soient des tarifs standard de Lincoln, la division Continental ne s’est pas reposée sur les talons standard de l’entreprise en ce qui concerne la construction et la qualité du Mark II. Plus d’informations à ce sujet dans la partie IV.

[Images: Ford]

Devenez un initié TTAC. Recevez d’abord les dernières nouvelles, les fonctionnalités, les captures TTAC et toutes les vérités sur les voitures en vous abonnant à notre bulletin.




zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.