Skip to content
Voici ce que les candidats à la direction de l’UCP promettent dans le domaine de l’éducation


Réforme des programmes

Accusée de présenter une perspective trop européenne, colonialiste et chrétienne, la nouvelle version du programme scolaire présentée sous Jason Kenney a été révisée, puis implantée dans certaines commissions scolaires, dont francophones, en tant que projet pilote. Certaines matières, dans leur nouvelle version, sont officiellement enseignées depuis cet automne, comme les mathématiques et l’anglais langue première.

Face à la polémique que suscite encore la réforme, les candidats les plus progressistes, Leela Aheer, Rajan Sawhney et Rebecca Schulz, se sont tous engagés à suspendre la mise en place du programme scolaire et à le réécrire, en concertation avec parents, enseignants et experts.

Les candidats à la course à la direction du PCU sont, dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du haut à gauche : Leela Aheer, Brian Jean, Todd Loewen, Travis Toews, Danielle Smith, Rebecca Schulz et Rajan Sawney.

Photo : Radio-Canada / Gouvernement de l’Alberta

Travis Toews, Todd Loewen et Brian Jean veulent plutôt le garder, mais mieux vaut consulter ou modifier le rythme de mise en œuvre.

Danielle Smith, elle, souhaite suspendre le programme scolaire, le temps que les élèves rattrapent les retards accumulés pendant la pandémie. Elle dit vouloir garder certains sujets du nouveau programme.

Écoles privées

Investir davantage dans les écoles privées est la principale préoccupation de l’ancien ministre des Finances Travis Toews. Elle s’engage à leur offrir le même financement pour le transport scolaire que les écoles publiques.

Nous devons uniformiser les règles du jeu, afin que les parents aient un véritable choix en matière d’école. Si vous ne pouvez pas payer pour envoyer votre enfant à l’école, ce n’est pas un vrai choixil croit.

Travis Toews, Danielle Smith et Brian Jean se disent intéressés par le modèle de l’État américain de l’Arizona, où l’argent suit l’enfant, quelle que soit l’école qu’il fréquente. Selon plusieurs, cela ouvre la porte à davantage de financement pour les écoles privées, dont Danielle Smith veut renforcer le choix des parents.

Tous les candidats en course s’engagent à respecter le droit des parents d’envoyer leur enfant dans l’école de leur choix.

Réinvestir dans l’éducation

La candidate Leela Aheer est la plus ferme à ce sujet : elle souhaite un réinvestissement significatif dans le domaine de l’éducation, en plus d’indexer le financement des commissions scolaires en fonction de la croissance démographique, de l’inflation et des inscriptions.

Vous avez équilibré le budget sur le dos de nos enfants et de nos plus vulnérables, a lancé Leela Aheer à Travis Toews lors du débat d’Edmonton fin août.

Pour Rebecca Schulz, la clé réside dans l’embauche de 3 500 assistants pédagogiques et le doublement du budget d’infrastructure des écoles. Rajan Sahwney améliorerait l’aide financière aux étudiants de niveau postsecondaire.

Les autres candidats n’ont pas fait de promesse de réinvestissement, sauf Brian Jean qui a avoué qu’il n’investirait pas massivement dans ce domaine.

Rattraper le retard causé par la pandémie

Danielle Smith dit que sa priorité en matière d’éducation sera de diagnostiquer tous les enfants d’âge scolaire pour identifier leurs retards causés par la pandémie, ainsi que tout autre trouble du développement, afin de leur fournir le tutorat approprié. Elle promet également de ne pas rétablir le port du masque à l’école, de ne les fermer sous aucun prétexte et d’empêcher les établissements postsecondaires d’imposer la vaccination obligatoire.

Rebecca Schulz veut tester des projets pilotes pour les services de santé mentale et d’orthophonie.

Todd Loewen souhaite que les établissements postsecondaires produisent plus de médecins et d’infirmières pour répondre aux besoins de la province, sans expliquer comment.

Les candidats n’ont fait aucune promesse précise sur l’éducation francophone.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.