Skip to content
Valises contenant 30 000 $ d’équipement laissés sans surveillance par Air Canada



Un Montréalais a retrouvé ses bagages contenant des milliers de dollars d’équipement abandonnés – sans surveillance – dans la zone des arrivées de l’aéroport Montréal-Trudeau, plusieurs heures après son retour.

• Lisez aussi : 3 choses à savoir avant de voler

Après avoir passé la douane vendredi soir samedi dernier, le directeur de la photographie Spencer Chumbley a attendu jusqu’à 1h30 du matin devant le carrousel à bagages. Il était revenu d’un tournage en Californie avec neuf bagages contenant du matériel de tournage, dont le coût, selon lui, s’élevait à près de 30 000 dollars.

Après qu’un autre voyageur l’ait informé que les bagages des passagers du vol en provenance de Denver – dont il venait de descendre – n’avaient pas fait le voyage, il s’est dirigé vers le comptoir d’Air Canada. Un agent lui a alors remis un formulaire promettant que ses sacs lui seraient livrés le lendemain. Il est ensuite rentré chez lui, épuisé.

Confusion et incompréhension

Le lendemain matin, il s’inquiète de ne pas encore avoir de nouvelles de la compagnie aérienne. Il a un tournage prévu lundi et il a besoin de son matériel. Après avoir tenté de parler à Air Canada et défié la compagnie sur Twitter, il décide de se rendre à l’aéroport.

Sans obtenir la confirmation que ses bagages se dirigeaient vers Montréal, un employé d’Air Canada lui a donné un nouveau numéro de repérage, tout en l’assurant qu’il recevrait un appel rapidement. Toutefois, le logiciel de suivi en ligne d’Air Canada ne lui fournit aucune information.

Il essaie alors de parler au service à la clientèle d’Air Canada, mais il raccroche plusieurs fois après avoir attendu de longues heures. A ce moment, il informe la production sur laquelle il devait travailler, lundi, dans le Connecticut, qu’il est obligé de retarder son arrivée, faute de matériel.

« Ils ont donc dû engager quelqu’un pour me remplacer pendant les deux premiers jours de tournage, ce qui représente une énorme perte financière, en termes de frais de location. [de mon équipement] et travailler », se lamente-t-il.

Un dénouement sans l’aide d’Air Canada

Dimanche, toujours sans nouvelles, il regagne finalement l’aéroport où un employé lui annonce qu’un de ses neuf sacs semble être arrivé. Elle l’invite à aller vérifier par lui-même dans la zone des arrivées des vols intérieurs, une partie non sécurisée de l’aéroport.

« Je trouve ensuite l’un de mes sacs, puis je passe une heure et demie à fouiller parmi les centaines de sacs empilés à l’extérieur de la zone de récupération des bagages. […] J’ai réussi à trouver tous mes sacs tout seul […]sans l’aide d’Air Canada », proteste-t-il.

« Plusieurs milliers de dollars de matériel photo ont été laissés sans surveillance. N’importe qui aurait pu se rendre à l’aéroport Montréal-Trudeau et les voler », poursuit-il.

Une fois ses bagages retrouvés, il a aperçu l’un de ses sacs sur une photo postée la veille sur Twitter pour dénoncer la situation chaotique à l’aéroport de Montréal. « Si j’avais su qu’ils étaient déjà arrivés [à Montréal]Je n’aurais pas eu à annuler des jours ouvrables », regrette-t-il.

« Je n’ai aucune sympathie pour une grande entreprise qui ne fait que transférer le travail, les problèmes et les difficultés financières à ses passagers et à son personnel subalterne », affirme-t-il.

Réaction d’Air Canada

Par courriel, Air Canada a appuyé le 24 heures ayant « constaté des problèmes de capacité et de systèmes de traitement des bagages », pointant du doigt les aéroports.

Le transporteur assure que ses « équipes sont également à pied d’œuvre pour que les bagages soient livrés aux clients concernés dans les meilleurs délais », ajoutant que « plusieurs compagnies aériennes sont concernées par les problèmes affectant actuellement le traitement des bagages dans les aéroports ».

Une vidéo qui pourrait aussi vous intéresser :



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.