Skip to content
un prévenu positif au Covid-19, nouvelle suspension d’une semaine

Déjà interrompu à plusieurs reprises à cause du Covid-19, le procès des attentats du 13 novembre a de nouveau été suspendu vendredi pour une semaine, un accusé étant à son tour touché par le Covid. Cette nouvelle interruption intervient au troisième jour d’une nouvelle série d’auditions de quelque 90 parties civiles, rescapés des attentats djihadistes qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. Cela pourrait entraîner le report du verdict au 29 juin.

Ouvert depuis près de huit mois, le procès des attentats du 13 novembre a été suspendu pendant une semaine, vendredi 6 mai, un accusé ayant été contrôlé testé positif au Covid-19. Il avait déjà été interrompu plusieurs fois pour cette raison.

« Nous ne pourrons pas tenir cette audience aujourd’hui, ni la semaine prochaine », a annoncé le président de la cour d’assises spéciale de Paris, Jean-Louis Périès, vendredi à la reprise de l’audience. Celle-ci reprendra « normalement le 17 mai à 12h30 », a-t-il annoncé.

« Un accusé est à son tour touché par le Covid-19. En l’état actuel de la procédure, il n’est pas possible de siéger », a expliqué le président. « ‘Dura lex, sed lex’ (« la loi est dure, mais c’est la loi », NDLR) », a-t-il commenté.

Farid Kharkhach, l’un des 11 accusés comparaissant en garde à vue lors du procès, a été testé positif après avoir montré des symptômes de Covid-19 devant le tribunal jeudi.

Le Belgo-marocain de 39 ans est « confus » pour les parties civiles qui devaient témoigner, a assuré l’un de ses avocats, M.et Fanny Vial.

Le verdict pourrait être repoussé au 29 juin

Cette nouvelle interruption intervient au troisième jour d’une nouvelle série d’auditions de quelque 90 parties civiles – rescapés des attentats djihadistes qui ont entraîné la mort de 130 personnes à Paris et Saint-Denis, mais aussi des proches endeuillés des victimes.

Le tribunal devait initialement entendre, en début de semaine prochaine, les membres du groupe américain Eagles of Death Metal, dont le concert au Bataclan le soir du 13 novembre 2015 avait été brusquement interrompu par des tirs de Kalachnikov. Leurs audiences sont reportées à une date ultérieure.

Le Covid s’est déjà invité plusieurs fois au procès, repoussant de quatre semaines la fin prévue de l’audience.

Avant ce nouveau cas de contamination, le verdict était attendu le 24 juin. Il pourrait désormais être rendu « le 29 juin », a précisé le président Périès lors de cette brève audition.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.