Skip to content
Un nouveau groupe conservateur veut rallier des électeurs plus modérés


La première conférence du groupe Centre Ice Conservatives aura lieu à Edmonton, en Alberta, le 11 août.

L’ancienne première ministre libérale de la Colombie-Britannique, Christy Clark, prononcera le discours d’ouverture. Dominic Cardy assistera à l’événement en tant que président du conseil consultatif du groupe, aux côtés de conservateurs bien connus tels que l’ex-sénatrice Marjory LeBreton, l’ancien ministre fédéral Peter Kent et la chroniqueuse Tasha Kheiriddin.

S’éloigner de wokisme et populisme

Centre conservateurs de glace n’est pas un parti politique, mais plutôt un groupe qui veut mélanger les idées. Il dit qu’il rejette la wokisme de gauche, ainsi que le populisme de droite. Ses membres privilégient une approche conservatrice sur le plan fiscal, mais progressiste sur les questions sociales.

Nous sommes ici pour dire que la grande majorité des Canadiens qui siègent au milieu, entre la gauche et la droite, nous sommes ici pour les défendre, pour leur donner une voix.lance Dominic Cardy.

 » Nous devons vraiment défendre le centre, défendre ce que nous avons et proposer un plan pour améliorer les choses qui ne fonctionnent pas au Canada. »

Une citation de Dominic Cardy, ministre de l’Éducation du Nouveau-Brunswick

Le groupe suit évidemment de près la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, dont le vainqueur sera connu le 10 septembre.

Pour Dominic Cardy, qui était chef du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick avant de faire le saut au Parti progressiste-conservateur, la création de ce groupe était nécessaire depuis quelques années. Il croit que le pays doit avoir un plan pour gérer la crise économique actuelle et pour défendre les droits acquis et les programmes sociaux du pays.

Nous devons rendre le pouvoir aux gens, pour qu’ils prennent leurs propres décisions, mais nous ne pouvons pas utiliser le pouvoir de l’État pour retirer les droits acquis des gens. Et parfois, c’est ce que nous entendons des militants du Parti conservateur et aussi d’autres partis. Et c’est ça qui est inadmissibleil dit.

Crédibilité intellectuelle, mais pas encore politique

Pour Frédéric Boily, professeur de sciences politiques à l’Université de l’Alberta, l’irruption de ce groupe dans la sphère publique, au moment de la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, n’est pas un hasard. .

Selon lui, discussions autour d’une éventuelle scission au sein du partiqui ont lieu pendant presque toutes les courses à la chefferie, sont propices à ce genre de réflexion.

 » Elle s’inscrit dans une tentative de formation d’une coalition centriste, qui permettrait à un mouvement conservateur de s’unir, alors que l’on semble se diriger vers la désunion. »

Une citation de Frédéric Boily, politologue

Il estime que des gens comme Christy Clark et Dominic Cardy, qui participeront à l’événement du 11 août, donnent une crédibilité intellectuelle au groupe. Néanmoins, pour la crédibilité politique nous n’en sommes pas encore làil croit.

C’est possible que Centre conservateurs de glace se transforme un jour en parti politique – ou qu’il jette les bases de la création d’un nouveau parti – mais on en est encore loin, estime Frédéric Boily.

Le professeur de sciences politiques à l’Université de l’Alberta Frédéric Boily (archives)

Photo : Radio Canada

On peut transformer cette influence en influence politique et donc prendre le chemin du parti politique, mais il n’est pas évident qu’on arrivera forcément à ce stade.il dit.

Il faudra voir s’il existe un réel appétit politique pour un parti plus central. Il doit y avoir des conditions politiques qui permettent ce passage.

Les résultats de la course à la chefferie seront annoncés à Ottawa le 10 septembre.

Avec des informations de l’émission La matinale et de Nicolas Steinbach.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.