Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

« Un hommage national lui sera rendu », annonce Emmanuel Macron

La réaction au « Monde » de Richard Malka, avocat et auteur

Quel Robert Badinter avez-vous perdu aujourd’hui ?

Robert Badinter a été pour moi une figure tutélaire, le deuxième que j’ai perdu après Georges Kiejman. Pour un gamin sorti de nulle part, comme moi, pour être avec lui, partir en vacances avec lui, c’était irréel. Avoir connu cet homme de culture universelle et qui vous a raconté en direct l’histoire de France parce qu’il l’avait vécue était un privilège incroyable.

A ses côtés, j’ai appris le courage des convictions, l’intégrité, le détachement des choses matérielles. Avant même son combat abolitionniste, qui constitue un événement majeur de sa carrière, on oublie qu’il a plaidé devant toutes les cours d’assises de France pendant des années, au point de mettre sa santé en danger. Elisabeth l’accompagnait à chaque audience. Car visiblement, Elisabeth et Robert Badinter, ils ont marché ensemble.

Devant la grande figure abolitionniste républicaine, vous saluez un grand avocat…

C’était un grand avocat. Avec la force de conviction, la rage du public… Il se fichait de l’éloquence. Il avait l’éloquence de la sincérité, car il parlait avec son cœur et ses tripes. L’abolitionnisme était une conséquence de ce qu’il était profondément, un homme des Lumières. Ses grands-parents ont fui les persécutions des Juifs en Bessarabie pour rejoindre la France car c’était le pays des Lumières.

Ce sont ces valeurs qui l’ont construit. Dieu sait s’il se souciait de sa grand-mère maternelle. C’est pourquoi il m’a demandé d’adapter son histoire Idis en bande dessinée, pour qu’elle atteigne les jeunes. Il reste une lumière qui m’a guidé et qui nous a tous guidés, la dernière grande conscience française.

D’Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon, la figure de Robert Badinter transcende presque toutes les divisions politiques…

Son action politique remonte à quelques années, le temps a passé, mais elle n’a pas toujours été consensuelle. Il a reçu des milliers de menaces de mort et d’attaque. Mais quelle que soit sa position politique, on ne peut que reconnaître aujourd’hui qu’il était un homme de conviction, qui n’avait aucun calcul politique. Il était tout fait de convictions et de dignité, et cela est unanimement respecté.

Geoffroy Clavel (Commentaires recueillis par)

gn france

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page