Skip to content
un Grand Prix de France à Nice est à l’étude


Stefano Domenicali, directeur général exécutif de la F1, révèle, dans L’Équipe, l’existence d’un projet de Grand Prix de France à Nice. Christian Estrosi, le maire, ne dément pas.

L’information est révélée par Stefano Domenicali, le grand patron de la Formule 1. Dans les colonnes de L’équipe, vendredi, le directeur général exécutif de la discipline révèle que la ville de Nice est intéressée pour accueillir le Grand Prix de France, actuellement organisé au Castellet (Var). Le dirigeant précise même qu’il se réjouit de cette proposition.

« Vous n’êtes sans doute pas au courant, mais il y a un projet incroyable avec Nice, qui veut un Grand Prix, a déclaré Stefano Domenicali. C’est très bien, car cela prouve que d’autres destinations dans votre pays s’intéressent à la F1. Nous allons regarder les dossiers et les étudier attentivement. Il y a d’autres choses qui pourraient arriver très bientôt. Tout ce que je peux vous dire, c’est que fin juillet vous en saurez plus sur l’avenir de votre Grand Prix ».

« Il est agréable de faire envie plutôt que pitié »

Christian Estrosi, maire de la ville et président de l’actuel GP de France, ne dément pas. Cité par Belle matinée, les Elus Horizons déclarent : « Décidément, ces derniers temps Nice est au centre de tous les intérêts en tant que destination d’organisation des manifestations sportives les plus prestigieuses. Un jour on parle de l’arrivée du Tour de France, un autre de l’accueil du GP de France de F1. (…) Il est agréable de provoquer l’envie plutôt que la pitié ».

En fin de contrat cette année avec la F1, le GP de France du Castellet pourrait bien disparaître du calendrier en 2023. De retour en 2018 après dix ans d’absence, l’événement peine à convaincre les décideurs. La faute au spectacle décevant offert sur la piste du circuit Paul-Ricard lors des trois éditions organisées jusqu’ici (la course n’avait pas eu lieu en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19). Aussi, la France est en concurrence avec les GP du Moyen-Orient et des Etats-Unis, bien plus rémunérateurs pour la F1 (l’Arabie Saoudite paie 55 millions de dollars par an).

La piste d’alternance avec une autre race

En mai, Christian Estrosi a exprimé la possibilité que le Grand Prix de France soit organisé tous les deux ans, en alternance avec une autre course. Il a alors dit avoir la confiance du gouvernement français et du patron de la F1. « Historiquement, la France est une nation importante dans le sport automobile », glisse d’ailleurs Stefano Domenicali L’équipe.

Nice n’a jamais accueilli de GP de F1. Alain Prost et Nico Hülkenberg en 2018 et Daniel Ricciardo en 2019 ont conduit des monoplaces près de la Promenade des Anglais, dans le cadre de manifestations en marge du GP de France.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.