Skip to content
Un camp de plus de 300 migrants évacué dans le nord-est de Paris

Au total, 360 migrants ont été évacués le 22 juin d’un camp de fortune près de la porte de Pantin dans le nord-est de Paris, à la frontière avec la Seine-Saint-Denis, a indiquéla préfecture d’Ile de Francese référant à une « opération de mise à l’abri ».

« On a vu les premières tentes arriver sur ce terrain il y a deux semaines », une place en bordure du périphérique, a indiqué à l’AFP le maire PS du 19e arrondissement François Dagnaud, pour qui les occupants étaient majoritairement des habitants. « hommes afghans seuls de la Corne de l’Afrique, pour la plupart demandeurs d’asile ». Ces personnes seront « accueillies dans un centre d’hébergement » pour « bénéficier d’une évaluation de leur situation administrative, d’un accompagnement social, sanitaire et administratif avant d’être réorientées vers un hébergement adapté à leur situation en Ile-de-France ». -France » ou ailleurs, assure la préfecture.

Selon des associations d’aide aux migrants, c’est le même groupe qui reconstitue régulièrement des campements entre le nord-est de Paris et les communes voisines de Seine-Saint-Denis. Ainsi, selon un bénévole du collectif Solidarité migrants Wilson, une partie des personnes évacuées le 22 juin étaient présentes parmi les 500 migrants évacués le 11 mai à Pantin. Installés depuis plusieurs mois sur un parking, ils y vivaient dans des conditions insalubres.

L’association Utopia 56, qui avait installé fin mai un campement place de la Bastille afin d’alerter sur la situation des jeunes migrants à la rue, a estimé à 380 le nombre de personnes évacuées. centres d’hébergement, certains sont déjà remis à la rue et la préfecture de police expulse illégalement ceux qui n’ont pas été résolus », a-t-elle déploré.

« On est toujours dans le même cycle », a estimé François Dagnaud, pour qui le soin finit « d’année en année » par avoir lieu mais sans « jamais réussir à faire en sorte que ça ne passe pas par la rue ». Selon l’élu socialiste, « le gouvernement et l’Union européenne n’ont pas encore tiré les conséquences de ces situations d’impasse ».

Selon l’agence européenne des frontières Frontex, le nombre d’entrées irrégulières dans l’UE a augmenté de 82 % entre janvier et mai 2022, ces calculs ne prenant pas en compte l’arrivée de réfugiés ukrainiens.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.