Skip to content
UK : « Est-ce que Liz Truss est vraiment la nouvelle Thatcher ? »

A la Une de la presse, ce mardi 6 septembre, l’élection de Liz Truss à la tête du Parti conservateur au Royaume-Uni. Le nouveau Premier ministre britannique a été confronté, comme d’autres dirigeants européens, à la décision de Vladimir Poutine d’arrêter les livraisons de gaz russe. Et les polémiques créées par les appels à la sobriété énergétique, pour faire face à la crise.

Le + : Recevez la revue de presse de France 24 tous les matins sur votre iPhone Ou sur tout autre motif. Et aussi toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

A la une, l’élection de Liz Truss à la tête du Parti conservateur au Royaume-Uni. Le visage du nouveau Premier ministre a fait la une de toute la presse britannique, qui a cité son discours de remerciement, lundi 5 septembre, devant les conservateurs. Liz Truss s’est engagée à « tenir ses promesses » face à la grave crise qui touche le Royaume-Uni. Les quotidiens d’outre-Manche sont très partagés. « Same old Tories »: toujours les mêmes vieilles histoires, les mêmes vieux Tories, soupire Le miroir quotidien.

Le courrier quotidien annonce solennellement que lorsque « l’heure est grave, la femme providentielle arrive », assurant que « depuis ‘Maggie’, Margaret Thatcher, aucun Premier ministre n’a été confronté à une crise aussi grave ». n’a même pas encore été officiellement nommé par la reine Elizabeth, est déjà sous pression. « Truss face à une course contre la montre »: L’indépendant évoque à la fois sa promesse de présenter un « plan énergie » dans les prochains jours et l’avertissement des conservateurs, qui ont prévenu que Truss n’aurait que « quelques mois » pour « sauver le parti », avant les prochaines élections.

Dans le dessin de Blower pour Le télégraphe quotidien, la nouvelle locataire de Downing Street a failli disparaître derrière les gros dossiers, les gros paquets qui lui ont été livrés : la crise énergétique, mais aussi le pouvoir d’achat, le système de santé et la guerre en Ukraine. Liz Truss and the Tories, présenté dans le dessin de Morten Morland pour Les tempsmontrant les militants portant des masques – des « smileys » avec des sourires tendus pour dire le moins.

Comme la presse britannique, les quotidiens européens sont divisés et comparent Liz Truss à la regrettée Margaret Thatcher, notamment le journal français La Croix, qui voit en elle une « nouvelle Dame de Fer ». La référence à la papesse de l’orthodoxie libérale donne évidemment des sueurs froides à la presse de gauche, Humanité considérant même que « la guerre sociale est déclarée » au Royaume-Uni. Son programme séduit en revanche la presse de droite, dont le très conservateur ABC espagnol, qui présente Liz Truss comme « une disciple de Thatcher » dont la mission sera de « calmer (à la fois) le Parti conservateur et le Royaume-Uni ». « .

D’autres quotidiens sont plus réservés. En Suisse, Temps rappelle que « la comparaison n’est pas juste » et que « si l’on y regarde de plus près, la nouvelle Première ministre ressemble plus à un caméléon qu’à la nouvelle Dame de fer » – une « flexibilité » dont elle aurait fait preuve notamment sur le Brexit, qu’elle a d’abord opposé, avant de le défendre « bec et ongles ». Dans la même veine, Le Washington Post juge aussi que « le parallèle avec Thatcher a ses limites ». Le quotidien américain curie, au passage, le nouveau Premier ministre de l’hiver : « Le souci avec Truss, c’est qu’elle est peut-être trop opportuniste pour imposer le respect et pas assez charmante pour inspirer l’amour ».

Liz Truss, habillée pour l’hiver et confrontée, comme d’autres dirigeants européens, à la décision de Vladimir Poutine d’arrêter les livraisons de gaz russe. Le Kremlin a déclaré hier que si les livraisons de gaz entre la Russie et l’Europe, notamment via le gazoduc Nord Stream, sont à l’arrêt, c’est à cause des sanctions occidentales contre Moscou. Un discours accueilli avec colère par Le Fatto Quotidiano : « Pas de gaz, pas de toit. Poutine nous a roulés dans la farine », titre le quotidien italien, avec une photo des dirigeants de l’UE, sur le point de tomber d’un toit.

Leur décision de sanctionner la Russie pour l’invasion de l’Ukraine ne semble pas avoir l’effet escompté, puisque Moscou, malgré ces sanctions, a quand même réussi à profiter de la flambée des prix des énergies fossiles. – qui lui permet de soutenir son budget fédéral et son effort de guerre. Selon Le mondeLa Russie aurait empoché un total de 158 milliards d’euros au cours des six derniers mois, depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.

Face à la crise énergétique, mais aussi écologique, les appels à la sobriété sont parfois mal reçus. L’Obs rend compte de la polémique entourant les déplacements du PSG, dont les joueurs ont été agressés dimanche pour avoir utilisé un jet privé à la place du train lors d’un trajet à Nantes, qui n’est qu’à deux heures en TGV de la capitale. Interrogé sur la question hier en conférence de presse, l’entraîneur du PSG Christophe Galtier a ironisé sur le fait que son équipe « voyait si (elle ne pouvait pas) se déplacer en char à voile », tandis que le joueur Kylian Mbappé, qui était à ses côtés, réprimait à peine un fou rire. . Une attitude qui fait grincer des dents.

En Italie, le débat a éclaté sur… la cuisson des pâtes. Le physicien Giorgio Parisi, prix Nobel de physique, a provoqué la colère des chefs italiens pour avoir osé exhorter ses compatriotes à économiser le gaz en l’éteignant pendant la cuisson des pâtes. Dans les colonnes de La RépubliqueLe chef étoilé Antonio Colonna, qui a notamment cuisiné pour David Bowie, excuse le feu – je veux dire peu – a même pris la plume pour exprimer son indignation et expliquer que la solution de Parisi « ne peut pas être utilisée dans les restaurants de haut niveau, car cuites comme ça, les pâtes prend un texture caoutchouteuse« , que le Nobel ferait mieux de se cantonner dans sa spécialité et qu’ainsi, comme on dit en France, les vaches seraient bien soignées.

Retrouvez la Revue de presse tous les matins sur France 24 (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également la Revue des Hebdos tous les week-ends en multidiffusion.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.