Skip to content
UE/Russie : une solution examinée dimanche pour débloquer de nouvelles sanctions


Les représentants des Vingt-Sept examineront dimanche une solution pour débloquer le 6e paquet de sanctions de l’UE contre la Russie, dont la mesure phare est un embargo pétrolier d’ici la fin de l’année, a-t-on appris de sources européennes.

Ces nouvelles sanctions sont bloquées par la Hongrie, pays enclavé sans accès à la mer, qui dépend du pétrole envoyé de Russie par l’oléoduc Druzhba qui lui fournit 65 % de sa consommation.

Budapest jugeait insuffisante la proposition de dérogation de deux ans qui lui était faite, et réclamait au moins quatre ans et près de 800 millions d’euros de financements européens pour adapter ses raffineries.

La solution examinée dimanche à Bruxelles consisterait à exclure Droujba de l’embargo pétrolier pour limiter les sanctions au seul approvisionnement en pétrole par bateau, selon ces sources européennes. Deux tiers des approvisionnements pétroliers russes vers l’UE sont transportés par des pétroliers et un tiers par l’oléoduc Druzhba.

Cette proposition, à l’initiative de la présidence française de l’UE et du Conseil européen (instance représentative des États membres), permettrait d’aller de l’avant avec le 6e train de sanctions européennes en discussion depuis début mai.

Cet embargo sur les livraisons par voie maritime concernerait l’arrêt des achats de pétrole dans les six mois et de produits pétroliers d’ici la fin de l’année. Le paquet comprend également de nouvelles sanctions contre les banques russes et une extension de la liste noire de l’UE à de nouvelles personnalités russes.

Une autre option envisagée serait de reporter l’adoption de l’ensemble des sanctions jusqu’à ce qu’une solution pour l’approvisionnement en pétrole de la Hongrie soit trouvée, selon les mêmes sources.

La recherche d’un compromis s’est accélérée ces derniers jours pour que l’absence d’accord sur les sanctions ne pèse pas sur le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui se réunira à Bruxelles lundi et mardi.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit s’exprimer par visioconférence à l’ouverture de ce Conseil européen.

La solution présentée aux ambassadeurs des pays membres de l’UE dimanche devra encore être approuvée par leurs dirigeants, avec l’espoir de régler le problème d’ici le début du sommet lundi après-midi.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.