Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

« Toutes les options sont ouvertes » pour les événements surf à Tahiti, reconnaît le directeur du site


La polémique autour de l’installation d’une tour à Teahupo’o, lieu où doit se dérouler l’épreuve olympique de surf, pousse le comité d’organisation de Paris 2024 à évaluer d’autres options.

"Toutes les options sont ouvertes" pour les événements surf à Tahiti, reconnaît le directeur du site

France Télévisions – Éditorial Sport

Publié


Temps de lecture :
1 minute

La tour actuelle du spot de Teahupo'o, où doit se dérouler la compétition de surf des Jeux Olympiques de Paris 2024 (WSL/MAXPPP)

La compétition de surf des Jeux olympiques de 2024 pourrait être bouleversée moins de neuf mois avant sa tenue. La polémique autour de l’installation d’une tour en aluminium destinée à accueillir les juges sur le site de Teahupo’o, lieu choisi pour les épreuves, agite l’opinion publique et fait bouger les organisateurs. Après l’expression du président polynésien Moetai Brotherson, mardi 7 novembre, et son souhait de ne pas voir cette nouvelle tour installée, le comité d’organisation des jeux (Cojop) a reconnu que le lieu des compétitions était actuellement en cours de réexamen.

Interrogé par La Dépêche de Tahiti En marge du Forum des îles du Pacifique, Barbara Martins-Nio, directrice du site Tahiti du Cojop, a reconnu que le Comité travaillait sur une révision de sa copie. « On remet tout en cause, on repart de zéro. Depuis un mois, nos équipes sont mobilisées pour tout remonter. Toutes les options sont ouvertes.« Il y a quelques jours, Tony Estanguet, le président du comité d’organisation, reconnaissait, dans L’équipe, « que nous sommes prêts à étudier de la des propositions concrètes pour améliorer encore le projet et réduire l’impact si possible », tout en affirmant « Le projet actuel à Teahupo’o est toujours en avance. »

Cette tour en aluminium, étanche à la mer par des blocs de béton armé, fait l’objet d’une forte opposition de la part de la population locale, des militants écologistes et de certains acteurs du monde du surf. La structure remplacerait celle en bois existante, utilisée jusqu’à présent pour les juges des compétitions internationales organisées à Teahupo’o, mais considérée comme plus conforme aux normes pour la tenue des Jeux Olympiques.

Selon Barbara Martins-Nio, citée par La Dépêche de Tahitiles bureaux d’études et les maîtres d’ouvrage rendront leurs résultats sur le sujet au plus tard le 15 novembre.



gn sprts

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page