Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Tesla perd le Nord : la révolte suédoise s’étend au Danemark

Publié le 6 décembre 2023 à 8h15

Tesla perd-il le Nord ? Après s’être aliéné une grande partie des syndicats suédois, les équipes d’Elon Musk voient le mouvement de grève à leur encontre s’étendre au Danemark.

Le plus grand syndicat danois, 3F, a annoncé mardi une grève de solidarité avec les salariés de Tesla en Suède. « Concrètement, cela signifie que les dockers et les chauffeurs de camion ne recevront ni ne transporteront de voitures Tesla en Suède », a indiqué l’organisation dans un communiqué. Le constructeur avait tenté de contourner le blocus en Suède via le Danemark.

Un mouvement contagieux

Le premier mouvement concernait dans un premier temps les 130 mécaniciens des ateliers de maintenance suédois qui, suite au refus de la direction de signer une convention collective sur les salaires et la durée du travail, avaient déclenché une grève le 27 octobre.

Tesla n’avait pas anticipé le risque de contagion dans un pays où le taux de syndicalisation est le deuxième plus élevé au monde, avec près de 7 travailleurs sur 10 syndiqués.

Dans ce contexte, le mouvement de solidarité s’est depuis étendu très rapidement à de nombreux secteurs en Suède. Les concessionnaires cessent de proposer des Tesla, les transporteurs refusent de les charger sur leurs camions ou encore les dockers ne veulent plus les faire descendre des bateaux.

La plainte qui alimente le feu

Et la solidarité entre grévistes ne s’arrête pas là. Les électriciens refusent de réparer les bornes de recharge électriques et la compagnie de taxi de Stockholm a cessé d’acheter des voitures. Soutenu par la société civile, le mouvement est également rejoint par l’ancien Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven, qui appelle à poursuivre le boycott sur les réseaux sociaux.

Les facteurs vont même jusqu’à suspendre la livraison des pièces détachées et des plaques d’immatriculation, ce qu’Elon Musk appelle de « fou » sur X le 23 novembre. Tesla porte plainte sur ce dernier point qui s’avère être le plus handicapant pour le constructeur, car, faute de plaques, le constructeur ne peut plus livrer de véhicules neufs à ses clients. L’entreprise a obtenu gain de cause en première instance quelques jours plus tard, ce qui n’a fait qu’alimenter le feu.

« Même si vous êtes l’une des entreprises les plus riches du monde, vous ne pouvez pas imposer vos propres règles. Nous avons des accords sur le marché du travail dans la région nordique, et vous devez les respecter si vous voulez diriger une entreprise ici », insiste le président du syndicat danois 3F, Jan Villadsen, cité dans le communiqué.

Un conflit qui pourrait durer

Tesla, tout en essayant de contourner les troubles sociaux en Suède, connaissait néanmoins les risques. Fin novembre, un syndicat norvégien avait déjà prévenu le constructeur dans « The Guardian » que « la Norvège ne devrait pas être un pays de transit permettant à Tesla de s’en sortir en brisant les grèves ».

Et d’autres syndicats pourraient encore se joindre au blocus. « La solidarité est la pierre angulaire du mouvement syndical et s’étend au-delà des frontières », précise le président de 3F. Le transport par camion – long et coûteux – serait alors la seule option dont dispose Tesla pour livrer ses véhicules sur le marché suédois.

Elon Musk, qui a toujours rejeté les appels à la syndicalisation de ses 127 000 salariés à travers le monde, pourrait donc être engagé dans un conflit de très longue durée. La dernière entreprise étrangère à vouloir prendre le pas sur les syndicats en Suède, Toy’R’Us en 1995, a fini par céder après trois mois de grève.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page