Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Stratégie Zéro-Covid : le constat d’échec de la Chine, qui s’expose à une explosion des contaminations


l’essentiel
En mettant fin à trois années de restrictions très dures de la stratégie zéro-Covid pour apaiser la grogne de la population, la Chine voit le nombre de contaminations exploser alors que des millions de personnes âgées et vulnérables ne sont pas ou peu vaccinées. Au tsunami sanitaire pourrait s’ajouter une déstabilisation de la deuxième économie mondiale.

Trois ans après le début de l’épidémie de Covid-19 à Wuhan, le monde se tourne à nouveau vers la Chine car le pays pourrait bien redevenir l’épicentre d’une épidémie qui n’est clairement pas encore terminée. La situation alarmante en Chine découle d’un changement de stratégie inattendu et brutal face au coronavirus.

Depuis décembre 2019, la Chine avait mis en place une implacable stratégie zéro-Covid basée sur un contrôle démographique très strict, des confinements forcés touchant des millions de personnes pour le moindre cas positif, une surveillance par application, des tests PCR en répétition et des centres d’isolement aux allures de camps de concentration. Si cette stratégie a porté ses fruits au début de l’épidémie puisqu’elle a permis de protéger les personnes les plus à risque, généralement mal vaccinées, sur le long terme elle a été illusoire dans le cadre d’une pandémie mondiale à vagues successives.

Un incendie a déclenché une vague de protestations

Les autres pays qui s’étaient enfermés dans ce type de stratégie d’isolement et de contrôles maximaux ont fini par y renoncer, comme la Corée du Sud, Singapour et la Nouvelle-Zélande. Pas la Chine, qui en a fait un principe absolu et Xi Jinping, l’illustration de sa réussite. En septembre 2020, ce dernier évoque « la victoire du peuple chinois dans la bataille contre le coronavirus ». Rares sont ceux qui oseront prétendre le contraire. Mais la Chine est rapidement dépassée par l’épidémie, notamment à Hong Kong, l’ancienne colonie britannique rebelle où les cas explosent.

Covid-19 en Chine

Pas de quoi remettre en cause les certitudes de Xi Jinping qui durcit de plus en plus les restrictions de voyage… jusqu’au point de rupture le 24 novembre. Ce jour-là, un immeuble à Urumqi, la capitale régionale du Xinjiang, a été ravagé par un incendie. Il y a dix morts et neuf blessés graves. Pour de nombreux Chinois, les restrictions sanitaires imposées par la stratégie zéro-Covid ont entravé le travail de secours.

Le lendemain, des manifestations éclatent qui se répandent dans tout le pays. L’exaspération du public s’aggrave avec les tests PCR constants et les verrouillages sont des demandes de liberté d’expression qui n’ont pas été vues aussi clairement depuis les manifestations étudiantes de Tiananmen en 1989. On entend même des appels à la démission de Xi Jinping, à peine réélu président du pays.

2 millions de morts possibles

Le régime, comme par le passé, aurait pu choisir la répression. Au contraire, elle a – et à la surprise générale – choisi d’assouplir les restrictions d’une manière aussi brutale que drastique. Justifiant ce revirement par le succès de sa stratégie zéro-Covid, le régime a annoncé ce mois-ci la fin des confinements à grande échelle, la fin des placements systématiques des personnes testées positives dans les redoutables centres de quarantaine, et le retrait de l’application utilisée pour retracer les déplacements des habitants et s’assurer qu’ils ne se trouvaient pas dans une zone sinistrée.

Covid-19 en Chine

Covid-19 en Chine

Autrement dit, la Chine, comme l’Occident, choisit de « vivre avec » le virus… mais sans avoir les armes. Sa population de 1,4 milliard d’habitants est moins bien vaccinée, ses hôpitaux mal préparés à un afflux massif de patients infectés. Quelques jours après les assouplissements, les cas de Covid explosent un peu partout au point que plusieurs villes tentent de faire reculer les restrictions tandis que d’autres construisent à la va-vite des lits d’hôpitaux supplémentaires.

Plusieurs experts craignent un drame humanitaire, estimant que 60% des habitants du pays – l’équivalent de 10% de la population mondiale – pourraient être infectés dans les mois à venir, et que plus de 2 millions pourraient en mourir…

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page