Divertissement

Série sur « Les disparus de la gare » : Au cœur du dernier jour de tournage dans le quartier du Moulin-à-Vent à Perpignan

Impossible de ne pas les avoir repérés ou de ne pas s’être interrogé sur ces étranges rassemblements de caméras, de véhicules de collection et autres policiers d’un autre temps ici et là à Perpignan. Le tournage de la série « Les Disparues de la gare », réalisée par Virginie Sauveur, s’est terminé après trois semaines passées dans les Pyrénées-Orientales avec une dernière journée de tournage ce jeudi 25 avril 2024 dans le quartier du Moulin. Avènement. Un peu en coulisses.

« Silence » « Moteur demandé »… « Action ! Ce jeudi 25 avril, l’équipe du tournage de la série « Les disparus de la gare » a posé ses caméras près de la rue de Taulis, au cœur du quartier du Moulin-à-Vent à Perpignan. Assis dans une camionnette au pare-brise camouflé par des rideaux, Camille Razat, Hugo Becker et Patrick Timsit, les flics du film, se cachent autour d’un thermos de café. Hugo Becker passe la tête par la porte pour se maquiller puis se réinstalle pour répéter son texte devant un Patrick Timsit sympathique. Camille Razat, pistolet à la ceinture, descend et, pendant que la coiffeuse réajuste son vêtement, échange avec la réalisatrice Virginie Sauveur qui, telle une chef d’orchestre rigoureuse, ne laisse échapper aucun détail. « Allez, on recommence ! »

Lire aussi :
Série sur « Les Disparus de la Gare » : les coulisses de trois semaines de tournage à Perpignan

Des heures durant, ils rejoueront cette scène tandis que les figurants se repositionneront et se remettront en action pour arpenter ou traverser la rue au moment souhaité, tandis que le directeur de la photographie scrutera le ciel toutes les deux minutes avec son objectif de contraste. pour anticiper le mouvement des nuages ​​et ajuster la luminosité, sous le regard des habitants du quartier rassemblés au pied de leur immeuble pour mieux saisir quelques extraits du spectacle. A quelques pas, une jolie jeune femme aux cheveux bouclés d’ébène, patiente sur un fauteuil. Puis se lève pour marcher devant la caméra d’un air insouciant. Un des disparus sans doute… « Couper! »

Pour l’heure, nous n’en saurons pas plus sur le scénario.

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page