Skip to content
Rencontrez des chasseuses de tempêtes en Alberta


Beth Allan a toujours été terrifiée par les conditions météorologiques extrêmes, y compris les tempêtes, jusqu’au jour où, en 2007, sa mère a décidé qu’elle devait affronter ses peurs. Alors elle l’a inscrit pour une tournée de chasse aux tempêtes, et Beth Allan est devenue accro.

 » La première fois que vous faites face à une tempête, vous obtenez une telle montée d’adrénaline… C’est comme le parachutisme, n’est-ce pas ? Vous ne pouvez plus vous en passer. »

Une citation de Beth Allan, chasseuse d’orages

L’Alberta est l’un des meilleurs endroits pour se livrer à la chasse aux tempêtes. Durant cette période estivale, la province enregistre des épisodes de tornades, comme ceux qui se sont produits récemment près de Bergen, Coronation et Alliance, sans oublier la chute de grêlons qui a causé des dégâts dans le sud de la province, près d’Innisfail.

La Calgarienne Beth Allan est l’une de ces femmes albertaines passionnées par la chasse aux tempêtes.

Photo : fournie par Beth Allan

De plus en plus de followers féminins

Beth Allan, qui vit à Calgary, est la seule femme membre du groupe Chasseurs d’orages des Prairies. Elle dit avoir remarqué que plus de gens s’intéressaient à la chasse aux tempêtes cet été, en particulier les femmes. Il y a plus de femmes qui disent : « Tu sais quoi, je peux vraiment faire ça. »

Comme la Calgarienne, Theresa et Darlene Tanner étaient toutes les deux à Edmonton en 1987 lorsque la tornade mortelle du Black Friday a frappé la ville. Le couple, qui vit maintenant à Alix, au nord-est de Red Deer, dit avoir des souvenirs traumatisants de l’incident.

Alors, pour exorciser ce mauvais souvenir, ils se sont tournés, des années plus tard, vers la chasse à l’orage, qu’ils pratiquent depuis 14 ans.

Darlene Tanner a également noté l’engouement grandissant pour la chasse aux tempêtes dans la province, tandis que sa compagne Theresa salue la présence des femmes dans un environnement qui, selon elle, ne doit pas être dirigé par des hommes.

Il existe également des comptes de médias sociaux et des ressources pour les femmes qui chassent les tempêtes. Parmi eux, le groupe Filles qui chassentbasé aux États-Unis, et qui regroupe des chasseurs de tempêtes de toute l’Amérique du Nord, y compris ceux de l’Alberta.

Ce que j’ai remarqué, c’est un afflux de femmes qui, je pense, ont toujours voulu faire cela et croient vraiment que c’est [une activité] pour eux, mais ils ne savaient vraiment pas par où commencerExpliquer Jennifer Waltonson fondateur.

Rencontrez des chasseuses de tempêtes en Alberta

Jennifer Walton est la fondatrice de Girls Who Chase, qui rassemble des chasseurs de tempêtes de toute l’Amérique du Nord, y compris ceux de l’Alberta.

Photo : Radio-Canada / Jennifer Walton

Bien que l’un des chasseurs de tempêtes les plus connus soit une femme, interprétée par le personnage fictif Dr. Jo Harding, joué par Hélène Hunt dans le film Tornade, Jennifer Walton croit qu’il devrait y avoir des modèles plus réalistes de femmes qui s’adonnent à cette passion, dont les filles et les femmes peuvent apprendre.

Avec des informations de Jade Markus

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.