Skip to content
« Reconnaissons toute la place du Parlement », s’insurge Gérard Larcher

Le président du Sénat, Gérard Larcher, n’ira pas au lancement du Conseil national pour la refondation (CNR), jeudi 8 septembre. »Pour répondre à la crise de la démocratie, diagnostic que je partage avec le président de la République, ce n’est pas le Conseil national de refondation qui apportera la réponse», a-t-il répété mercredi 7 septembre sur France Inter.

>> Conseil national de refondation : Olivier Véran a « du mal à comprendre » le refus de participation de Gérard Larcher

Pour justifier cette décision, signifié à Emmanuel Macron »à partir du 22 juillet», le président du Sénat avance deux raisons. La première est sans appel : «Le Parlement est le Parlement », martèle-t-il. « Le Parlement, c’est lui qui vote les lois, qui contrôle le gouvernement», tient à souligner Gérard Larcher.

Sa deuxième raison concerne le renforcement du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Un texte voté, rappelle-t-il, en 2021 et qui doit être mis en œuvre. « La confusion des genres entre démocratie participative et démocratie représentative ne fera pas avancer les choses», avance le président du Sénat.Il y aura des conventions citoyennes, elles sont intéressantes, je pense notamment à la question de la fin de vie. Il appartiendra ensuite au Parlement de se saisir de ces sujets et de ces dossiers», complète-t-il.

Plusieurs syndicats et partis d’opposition ont également décidé de ne pas participer au CNR. En revanche, l’Association des maires de France sera présente. Une participation qui ne pose aucun problème à Gérard Larcher. « Il n’y a pas de peur de la concurrence, chacun a son travail et les vaches seront bien soignées« , déclare-t-il en citant le fabuliste Florian. « Reconnaissons que le Parlement, qui n’a jamais joué un rôle aussi important, a sa place et toute sa place« , conclut-il.




francetvinfo .Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.