Skip to content
Reconnaissant des « erreurs », Le Point retire un article ciblant les Insoumis Garrido et Corbière

Peu de temps après la publication de l’article dans Indiquer qui accusaient le couple Garrido-Corbière d’avoir exploité une femme de ménage sans papiers, les deux députés La France insoumise (LFI) ont fermement démenti le 22 juin : « Tout est faux », ont-ils protesté.

Nous présentons nos excuses plates et sincères à Raquel Garrido et Alexis Corbière, ainsi qu’à nos lecteurs.

Très rare, l’article a finalement été retiré le lendemain. « Les vérifications complémentaires que nous avons menées nous ont révélé que des erreurs et des manquements à la prudence avaient été commis », a reconnu le directeur de l’hebdomadaire, Etienne Gernelle, dans un message publié sur Twitter et sur le site du magazine.

« Nous présentons nos excuses plates et sincères à Raquel Garrido et Alexis Corbière, ainsi qu’à nos lecteurs », a-t-il souligné, indiquant qu’une enquête interne était en cours « pour comprendre ce qui s’est passé ».

Insuffisant aux yeux du couple de députés de gauche. « J’exige le renvoi immédiat » du journaliste auteur de l’article, Aziz Zemouri, a tweeté Raquel Garrido, poursuivant : « Je ne m’arrêterai pas là[…]. Ma famille a trop souffert. Le mal fait est indélébile.

Son mari estime également que des sanctions doivent être prononcées : « C’est l’honneur de la profession qui est en jeu et la confiance que les citoyens accordent à la presse », a jugé Alexis Corbière, également sur Twitter.

« Les calomniateurs de Corbière et de Garrido avouent leur mensonge. Ils feraient bien de s’interroger sur la pente qu’ils ont prise et les raisons pour lesquelles ils font appel à de tels informateurs », a de son côté réagi sur Twitter le chef des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon.

Deux plaintes en préparation

Selon l’AFP, l’avocat du couple Xavier Sauvignet a indiqué qu’il préparait deux plaintes, une pour diffamation publique et une autre contre X pour faux et usage de faux et usurpation d’identité.

Dans un contexte de méfiance encore massive du public envers la presse, cette affaire nuit à l’image de l’hebdomadaire. « L’ensemble de la rédaction est profondément touché par le manquement aux règles élémentaires de déontologie journalistique », a réagi la Société des rédacteurs (SDR) de la Indiquer dans un communiqué de presse. Cette instance, qui représente les journalistes sur les questions de déontologie, se dit « fondamentalement attachée à la nécessaire vérification de toute information avant publication, et ne peut tolérer que la réputation du journal soit ternie par des manquements individuels ».

Dès sa parution, l’article a été massivement repris sur les réseaux sociaux par les opposants politiques au couple de députés Nupes-LFI.

Dans deux articles mis en ligne le 23 juin, le site d’investigation de Mediapart et le service de vérification des informations de SortieCheckNews, quant à lui, a contredit les affirmations initiales du Indiquer.

L’article de Indiquer affirmaient notamment que les époux Garrido-Corbière exploitaient une femme de ménage algérienne sans papiers qu’ils n’avaient pas déclarée.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.