Skip to content
Rachat de Shaw par Rogers : le commissaire de la concurrence s’y oppose


Le rachat proposé de Shaw par Rogers pourrait prendre plus de temps que prévu, car le commissaire à la concurrence du Canada a annoncé son intention de s’opposer à la transaction de plusieurs milliards de dollars entre les deux sociétés.

• Lisez aussi : Le CRTC approuve l’achat de Shaw par Rogers sous certaines conditions

C’est ce qu’ont indiqué samedi les deux sociétés de télécommunications dans un communiqué commun, précisant avoir été informées de cette décision après la fermeture des marchés.

«Rogers et Shaw restent attachés à la transaction, qui est dans le meilleur intérêt du Canada et des Canadiens en raison des avantages importants à long terme qu’elle apportera aux consommateurs, aux entreprises et à l’économie», ont-ils ensuite souligné.

Les deux entreprises ont indiqué qu’elles poursuivraient le dialogue avec le Bureau de la concurrence pour « répondre aux préoccupations concernant l’impact possible de la transaction sur le marché concurrentiel du sans-fil au Canada ». Pour ce faire, ils ont proposé de vendre Freedom Mobile, l’activité sans fil de Shaw.

La date limite de la transaction a également été repoussée au 31 juillet, le temps d’obtenir toutes les approbations, dont celle du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique.

Rappelons que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a déjà donné son feu vert le 23 mars dernier, sous réserve du respect de certaines conditions, dont l’augmentation de la couverture des nouvelles locales et le versement de 27,2 millions de dollars en initiatives pour les production.

Rogers a annoncé son intention d’acheter Shaw l’an dernier, l’une des plus importantes transactions de télécommunications au Canada, évaluée à 26 milliards de dollars, dette comprise.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.