Skip to content
Québec promet de nouvelles aires protégées en Abitibi-Témiscamingue

En Abitibi-Témiscamingue, le gouvernement prévoit agrandir la réserve de biodiversité projetée des Basses-Collines-du-Ruisseau-Serpent dans le sud du Témiscamingue et la réserve de biodiversité projetée de la Rivière-Dumoine située entre l’Abitibi-Témiscamingue et l’Outaouais.

Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, indique que les territoires ciblés ont été déterminés lors de la consultation des intervenants régionaux et autochtones.

Une nouvelle qualifiée d’excellente par la présidente du Conseil régional de l’environnement Jacinthe Châteauvert.

Nous attendons depuis tant d’années que le gouvernement se prononce sur des projets de réserves de biodiversité ou d’aires protégées. Et le fait d’en nommer 11 nouveaux au Québec, dont deux sont situés complètement en Abitibi-Témiscamingue et l’autre mitoyen, c’est quelque chose qui était vraiment intéressant à protéger.elle dit.

C’est juste spécial que ça se passe un peu avant les élections, à la fin de la session parlementaireajoute le gérant.

Sceptique Action Boréale

Action Boréale relie également cette annonce à l’élection provinciale d’octobre.

Le président Henri Jacob rappelle que les domaines ont été validés il y a dix ans par les différents partenaires.

Il préfère mettre de l’avant les 83 projets d’aires protégées que Québec a abandonnés en février 2021.

 » On nous a enlevé 83 aires protégées et aujourd’hui, en année électorale, on nous fait croire qu’on nous fait un cadeau en leur redonnant à peu près la valeur de moins de 1 % du territoire des aires protégées . »

Une citation de Henri Jacob

Au final, c’est simple et malheureusement, je ne peux pas aimer que les groupes du sud applaudissent car je pense que c’est une sorte d’arnaque. Deux ans avant qu’on nous les enlève, maintenant qu’on nous en donne un quart, on devrait soi-disant applaudir ça. Pour moi, c’est un non-sens. Ce n’est pas possible qu’après avoir pris tant de territoire et nous en avoir rendu un petit morceau et avoir imaginé qu’on va commencer à applaudirexplique Henri Jacob.

Selon Henri Jacob, rien ne garantit que les zones prévues seront protégées comme promis.

Le gouvernement n’a pas dit maintenant que ces zones seront décrétées zones protégées, c’est ce qu’il aurait dû faire du moins, s’il avait voulu être honnête cette fois.[…] Une zone projetée, il n’y a aucune garantie qu’à la fin ils ne nous seront pas enlevéss’inquiète Henri Jacob.

Le ministère de l’Environnement indique également que la délimitation et la superficie totale des nouveaux territoires annoncés sont encore approximatives et pourraient être modifiées.

Mais le gouvernement se donne les moyens d’assurer la protection légale des territoires et les soustrait à de nouvelles activités industrielles, d’exploitation et de transport des ressources naturelles jusqu’à ce qu’un statut de protection soit accordé.

Quant aux territoires visés par l’annonce, il est prévu que toute nouvelle activité d’exploitation des ressources naturelles y soit interdite.a déclaré le ministère de l’Environnement dans un communiqué.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.