Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Actualité politique

Que gagne Vladimir Poutine de son entretien avec Tucker Carlson ?

  • Par Will Vernon et Matt Murphy
  • BBC News, Washington

Source des images, Getty Images

L’entretien très attendu du président russe Vladimir Poutine avec la personnalité médiatique conservatrice américaine Tucker Carlson sera diffusé jeudi soir, a déclaré l’ancien animateur de Fox News.

L’interview, qui a été enregistrée mardi selon le Kremlin, sera diffusée sur le site Internet de M. Carlson à 18h00 HE (23h00 GMT) et sera également publiée sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

Cette rencontre très médiatisée marque la première fois que le dirigeant russe accepte une interview avec un média occidental depuis qu’il a lancé son invasion à grande échelle de l’Ukraine il y a près de deux ans et intervient alors que les combats dans le pays sont dans une impasse.

M. Carlson a faussement affirmé que « pas un seul journaliste occidental n’avait pris la peine d’interviewer » M. Poutine à cette époque. En réalité, d’innombrables journalistes de pays occidentaux, y compris le rédacteur en chef de la BBC pour la Russie, Steve Rosenberg, ont envoyé au Kremlin des demandes d’interviews répétées. Tous ces éléments ont été ignorés.

Le secrétaire de presse du Kremlin, Dmitri Peskov, a lui-même reconnu que M. Carlson avait tort lors d’un point de presse mercredi, déclarant à la BBC à Moscou : « M. Carlson n’a pas raison, mais il ne pouvait pas le savoir. Nous recevons beaucoup de demandes d’interviews avec Le président. »

Mais l’interview est un coup majeur pour M. Carlson, qui a rapidement rebondi depuis qu’il a été licencié de manière spectaculaire par Fox News l’année dernière, après être apparemment tombé en disgrâce auprès du propriétaire Rupert Murdoch. Cela lui permet de présenter sa nouvelle société de médias, lancée sur X l’année dernière, comme un acteur majeur du paysage médiatique.

L’entretien est mutuellement bénéfique pour M. Poutine. La demande de M. Carlson arrive à un moment opportun pour le dirigeant russe de longue date, dont les apparitions médiatiques sont étroitement chorégraphiées et contrôlées par le Kremlin.

Aux États-Unis, les tentatives visant à faire adopter une législation accordant une nouvelle aide militaire à l’Ukraine – largement considérée comme essentielle à la poursuite de la guerre – sont bloquées au Congrès. Mercredi, le dernier projet de loi qui aurait alloué 60 milliards de dollars de financement crucial pour Kiev était en cours d’examen au Sénat, mais s’est heurté à une vive opposition de la part des Républicains à la Chambre.

En l’absence d’une nouvelle aide militaire, les tentatives de l’Ukraine pour chasser les forces russes du pays et lancer de nouvelles contre-offensives dans le sud et dans la région orientale du Donbass se sont révélées pratiquement impossibles.

Certains républicains de haut rang, dont le leader du parti au Sénat, Mitch McConnell, restent déterminés à imposer cette nouvelle aide. Mais ils font face à une hostilité croissante de la part des membres d’extrême droite de leur propre parti, qui rechignent devant le coût croissant du conflit et s’opposent à l’implication des États-Unis dans les conflits mondiaux.

Le Kremlin espère qu’en interviewant un éminent présentateur de télévision conservateur, les législateurs républicains seront sensibles aux discours de Moscou, habituellement repris uniquement dans les médias russes. M. Carlson entretient également une relation longue et mutuellement bénéfique avec Donald Trump, le candidat républicain présumé à la présidentielle, qui a exprimé son scepticisme quant au soutien à l’Ukraine.

Source des images, Getty Images

Légende,

Vladimir Poutine évite les interviews avec les médias occidentaux depuis son invasion de l’Ukraine en février 2022.

Le programme de M. Carlson offre au Kremlin l’opportunité de toucher un public américain plus large, potentiellement sympathique et fortement conservateur. Dans le passé, l’ancien animateur de Fox News a lancé des attaques cinglantes contre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et s’est allié à la volonté de M. Poutine d’adopter les soi-disant « valeurs traditionnelles », une expression qui a inclus des attaques contre les personnes LGBT en Russie.

Les spécialistes d’image du Kremlin ont également un œil sur l’Europe, qui devra soutenir financièrement l’Ukraine si l’Amérique retire son aide.

La politique sur le continent change. Les enquêtes montrent des niveaux croissants d’hésitation parmi le public européen quant au maintien du soutien à l’Ukraine. Un certain nombre de partis populistes de droite, dont certains à tendance pro-russe, ont remporté des élections dans divers pays. D’autres, notamment dans des puissances économiques comme la France et l’Allemagne, obtiennent de bons résultats dans les sondages.

Mais il y a aussi un élément national dans la procédure. La Russie organisera des élections présidentielles la semaine prochaine, et même si l’élection sera presque certainement remportée par M. Poutine – son seul adversaire anti-guerre étant disqualifié jeudi – l’entretien avec M. Carlson permet au dirigeant russe de se présenter comme un homme d’État international avec une présence mondiale auprès de son public national.

En effet, les médias d’État russes ont passé plusieurs jours à traiter M. Carlson comme une célébrité majeure. Dans une couverture haletante, la télévision d’État a suivi l’arrivée de la personnalité médiatique et a diffusé des images de diverses sorties au restaurant et d’une visite au ballet Spartacus au Théâtre Bolchoï.

Enfin, Moscou surveillera de près les signes croissants de divisions politiques internes en Ukraine.

Jeudi, le président Zelensky a annoncé qu’il remplaçait son plus haut commandant militaire, le général Valery Zaluzhny, au milieu de rumeurs faisant état d’une rupture entre les deux hommes. Cela fera plaisir aux oreilles de M. Poutine : son objectif ultime, outre la conquête militaire de l’Ukraine, est de renverser le gouvernement Zelensky afin de le remplacer par un gouvernement pro-russe sous son contrôle.

À défaut, le dirigeant du Kremlin espère que l’Europe et l’Amérique se lasseront de la guerre et feront pression sur les Ukrainiens pour qu’ils entament des négociations visant à mettre fin au conflit à des conditions favorables à Moscou.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page