Skip to content
Que faire de l’énorme surplus budgétaire de l’Alberta?


Quelques mesures ont été mises en place pour aider les Albertains à combattre les effets de l’inflation. La suspension de la taxe provinciale sur l’essence, les remises sur l’électricité et le gaz naturel et la réindexation de l’impôt sur le revenu coûteront à la province environ 2,4 milliards de dollars.

Ce montant équivaut à 545 $ par habitant, la contribution la plus généreuse au Canada, note l’économiste Trevor Tombe de l’Université de Calgary.

La mesure anti-inflation la plus importante de l’Alberta a été la suspension de la taxe provinciale sur l’essence.

Photo : Associated Press/Elise Amendola

Province riche mais inégale

C’est loin d’être suffisant, selon Meaghon Reid, directrice exécutive de Communautés dynamiques Calgaryune organisation anti-pauvreté.

Alors que la province se vante de ses bonnes finances publiques, un rapport a également révélé que l’insécurité alimentaire était aussi la plus répandue au Canada.

Ce que nous entendons est inquiétant. Il est urgent de trouver des solutions pour améliorer l’accessibilitéelle explique. Les gens ont du mal à voir le bout du tunnel.

 » C’est frustrant d’entendre que la province se porte si bien et de ne pas savoir comment on va manger le soir. »

Une citation de Meaghon Reid, directrice de Vibrant Communities Calgary

Meaghon Reid se demande également qui profite vraiment des mesures mises en place par le gouvernement albertain.

Non dollars kenney aperçu

Après l’expérience de ralph dollars et la stratégie de la Saskatchewan, on s’est demandé si le gouvernement provincial envisageait l’idée d’envoyer des chèques aux Albertains.

Que faire de l’énorme surplus budgétaire de l’Alberta?

En 2006, l’ancien premier ministre de l’Alberta, Ralph Klein, a distribué 400 $ à chaque Albertain pour partager les fruits de la prospérité.

Photo : AFP/Donald Weber

Le ministre des Finances, Jason Nixon, a qualifié la mesure de contre-productive et susceptible d’augmenter le coût de la vie. La plupart des économistes sont d’accord avec lui.

Une meilleure solution à long terme serait de réindexer les programmes sociaux à l’inflation, soutient Ron Kneebone, professeur d’économie à l’École de politique publique de l’Université de Calgary.

Nous avons de l’inflation tout le temps. […] Ils pourraient donc envoyer un chèque chaque année pour contrer les effets de l’inflation, mais il serait beaucoup plus facile d’indexer les versements des programmes sociauxil explique.

 » C’est une mesure qui ne coûterait pas cher et qui serait très efficace. »

Une citation de Ron Kneebone, économiste à l’Université de Calgary

Trevor Tombe a calculé que l’augmentation du revenu de soutien aux personnes handicapées de 6 % en fonction de l’inflation cette année ne coûterait à la province que 82 millions de dollars.

Attention aux effets secondaires

Le Nouveau parti démocratique (NPD) et Communautés dynamiques Calgary demandent également des plafonds sur un certain nombre de coûts tels que l’assurance automobile et les prix de l’électricité.

L’économiste Ron Kneebone, cependant, met en garde contre les effets insidieux de telles politiques.

Nous avons une taxe sur le carbone pour augmenter le prix de l’électricité, du gaz naturel, de l’essence, etc. pour nous inciter à réduire notre consommation. Si un gouvernement soutient cette politique, mais plafonne ces prix, il est illogiqueil explique.

Les appels se multiplient également pour accroître les investissements dans l’éducation et la santé.

Rembourser la dette, un choix judicieux ?

Quels que soient les choix faits, le gouvernement doit veiller à ne pas s’engager dans des dépenses à long terme, a déclaré Mike Holden, économiste à Conseil d’affaires of Alberta, un groupe qui veut représenter les intérêts du milieu des affaires de la province.

C’est une aubaine, mais on ne peut répartir les dépenses à long terme sur une bonne année de revenus. Ce que fait la province en remboursant la dette et en ajoutant de l’argent au Fonds du patrimoine est plutôt positifil a dit.

Sur le papier pourtant, ce choix n’est pas le plus rentable, selon Trevor Tombe. Compte tenu des taux d’intérêt, l’argent gagnerait plus en l’investissant dans le Fonds du patrimoine qu’en remboursant la dette.

Il note que les choix du gouvernement ne semblent pas résulter d’une véritable réflexion sur les finances publiques. Treize milliards de dollars de dette arrivaient à échéance, laissant l’argent excédentaire à allouer ailleurs.

J’espère vraiment que le gouvernement entamera une conversation sur nos surplus et sur notre stratégie d’épargne parce qu’on pourrait avoir un surplus encore plus important cette année et les années suivantes. Nous devrions arrêter de les traiter comme des pensées après coupfait-il remarquer.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.