Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

qualifié pour les demi-finales Paris-Bercy, Novak Djokovic résiste à la jeunesse


Novak Djokovic n’était pas forcément pressé de rencontrer Holger Rune, en quarts de finale de Bercy, vendredi 3 novembre. Non pas parce qu’il craignait le trublion danois de 20 ans, qui avait battu son aîné avec panache en finale de la compétition. Édition 2022 du tournoi de Paris. Si le Serbe avait une appréhension, c’était à l’égard du clan de son adversaire, dans les tribunes.

Lire aussi : Boris Becker est libéré de prison au Royaume-Uni et retourne en Allemagne

Au premier rang, il y avait une vieille connaissance : Boris Becker, son ancien entraîneur (entre 2014 et 2016), arrivé récemment au chevet du Danois, après avoir été en prison. Entre avril et décembre 2022, l’ancien numéro 1 mondial aura passé huit mois derrière les barreaux pour avoir dissimulé 3,1 millions de dollars (3 millions d’euros) d’avoirs et de prêts et ainsi évité de payer ses dettes, estimées à près de 60 millions d’euros en 2017.

« Ce ne sera pas agréable et confortable pour moi de l’avoir dans la surface opposée si je joue contre Holger », avait imaginé le patron du circuit, mardi, à la veille d’entrer en compétition dans la capitale, sans savoir que cette possibilité se concrétiserait trois jours plus tard. Vendredi, s’il a été raccroché pendant près de trois heures, il a pris sa revanche sur son cadet en trois sets (7-5, 6-7, 6-4) sans jamais paraître fébrile.

Son « pire tie-break »

Ou plus précisément une seule fois, pour son traditionnel accès de colère qui orne chacun de ses matches : à 5-4, 30-15 en sa faveur après avoir remporté le premier tour, il s’en prend à l’arbitre français, Renaud Lichtenstein, en se plaignant d’avoir laissé Rune de demander un défi trop tard, sur un ballon qui lui offrait deux balles de match. Une minute plus tard, Djokovic avait cette fois l’occasion de mettre fin au match, sans succès. La créativité du Danois lui permet de revenir à un set partout au terme d’un match décisif à sens unique, l’un des rares perdus par le métronome de Belgrade cette saison et  » probablement (son) pire tie-break.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Tennis : à Paris-Bercy, la course au Masters n’est plus fructueuse

Durant trois sets, le numéro 7 mondial a tenté d’appliquer la même recette qui l’avait favorisé l’an dernier pour soulever le trophée : du tennis avec une bonne dose de prise de risque et des schémas de jeu variés. Mais cela ne lui a pas suffi pour renverser son glorieux adversaire, qui avait repris de l’élan depuis la veille.

Méconnaissable jeudi en huitièmes de finale contre le Néerlandais Tallon Griekspoor, où il a dû faire match nul pendant trois sets (4-6, 7-6, 6-4) pour s’en sortir, le numéro mondial s’est dit fragilisé par un virus intestinal : « Il est difficile d’avoir l’esprit clair quand on passe plus de temps aux toilettes que sur le terrain au cours des trois derniers jours », il imaginait résumer sa forme actuelle à Bercy. Mais la loi du Serbe est impitoyable : même à 20 % de ses moyens comme jeudi, sa marge sur les trois quarts de ses adversaires est telle qu’il finit presque toujours par s’en sortir.

Il vous reste 40% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

gn headline

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page