Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

Pro D2 : comment les choix de Bernard Goutta ont eu un impact décisif sur le match entre Agen et Nevers


l’essentiel
En douze journées, le SU Agen a disputé trois matches, obtenant un total de dix points. Un résultat satisfaisant dû en partie au coaching du manager catalan, notamment face à Nevers.

Nous n’allons pas nous mentir. Dans les allées d’Armandie, à quelques pas des différentes loges ou buvettes, l’optimisme n’était pas forcément de mise dans les rangs des supporters agenais avant le coup d’envoi du match face à Nevers. Avec une infirmerie pleine, le SUA se présentait avec quelques craintes face à une équipe très solide constituée par Xavier Péméja. « Nous avions ciblé ce match-là, souligne Luka Plataret, le troisième ligne de l’USON.

D’autant que les hommes de Bernard Goutta restaient sur deux finales mitigées, dont une indigeste dernières vingt minutes en Normandie. « Avant même Rouen, on savait qu’un grand match nous attendait à Armandie. Mais avec ces deux points perdus, on avait peut-être encore plus envie de faire un gros match. Je pense que ça nous a aidé aussi», concède Alex Burin. Pour ce choc, « le premier tournant de la saison » selon Péméja, le SUA a abordé la rencontre avec une tactique simple, mais ô combien efficace. A savoir être dominant en conquête pour matraquer la meute adverse.

Des choix intelligents et un coaching rémunéré

En ce sens, Bernard Goutta avait remis aux affaires Hans Lombard-Buret et Alex Burin, inhumés à Rouen. Les deux jeunes piliers ont tenu la baraque pendant 70 minutes (!), écrasant leurs adversaires directs. « La mêlée a été efficace. Nous avons senti dès le départ que nous pouvions appuyer sur ce secteur », note ce dernier. Mais s’ils y sont parvenus, c’est aussi grâce à un deuxième ligne destructeur. Habituellement en compétition pour la place de numéro 5, Zak Farrance et William Demotte ont cette fois fait équipe, au détriment de Joe Maksymiw. «C’était pour souligner la mêlée. Joe a également enchaîné les matches, mais je voulais mettre deux gros pousseurs », confirme Goutta.

Et les deux joueurs ont rempli leur tâche. Puissants et guerriers, ils n’ont pas laissé un seul pouce de liberté aux joueurs de la Nièvre. Farrance est même responsable du carton rouge infligé aux visiteurs, après avoir reçu une réprimande d’un coup de coude au visage de Christian Ambadiang. Le troisième ligne a été, comme à son habitude, très solide, à l’image de Valentin Gayraud au four et au moulin. Finalement, parmi les trois-quarts, le Catalan avait décidé de sortir du placard Harry Sloan. Alors qu’il semblait loin dans la hiérarchie, l’Anglais se souvenait de tout le monde avec tendresse, disputant l’intégralité du match.

On évoquera également le pari Purdy, prometteur après seulement quelques jours d’entraînement. Mais ce qui a fait la différence entre les deux derniers matches, ce sont aussi les finishers. Clément Martinez, Matthieu Bonnet et Dorian Bellot sont crédités de très bons engagements. Ces choix se sont donc avérés payants pour Bernard Goutta et son staff. Si la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain, le SUA semble être sur la bonne voie. Avec dix points engrangés en douze journées, il a également démontré la solidité de son effectif. « On peut partir quelques jours en vacances avec le sourire », reconnaît Mathieu Lamoulie. Des vacances bien méritées, avant de repartir. C’est tout ce que l’on peut souhaiter aux Agenais.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page