Skip to content
Prendre le bus et acheter local : les Canadiens s’adaptent à l’essence hors de prix


À Calgary, la station GP du quartier Parkdale attire les automobilistes avec ses bas prix. Ce mercredi, l’essence ordinaire y était vendue à 1,49 $ le litre. À seulement deux milles de là, un Esso offre le même carburant pour 14 cents de plus.

Cette aubaine attire les Calgariens, comme Jay Park. Ce comptable de 22 ans est tombé dessus par hasard. Il prend de moins en moins sa voiture pour faire des économies. Le remplir coûte près de 30 $ de plus qu’il y a un an, dit-il.

Je préfère les transports en commun ou le vélo pour me déplacer dans le centre-ville où je travaille, explique Jay Park. Mes parents ne veulent pas remplacer leur voiture par le bus. Il y a une différence entre les générations.

Jay Park abandonne de plus en plus sa voiture.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Jack Connell, retraité, a lui aussi décidé de changer ses habitudes. J’ai deux voitures dont une ne prend pas d’essence Premium. Je l’utilise plus pour éviter de payer plus de 100 $ pour mon plein, et je roule moinsil admet.

Certains prennent la situation avec philosophie en se poussant à acheter plus localement. Je fais plus souvent mes courses à pied dans le quartier Boucle de Marda où je visdit Wendy Mitchell Stephens dans sa voiture.

La guerre en Ukraine, l’inflation, j’ai pas le pouvoir de changer ça, mais j’peux décider de rouler moins.

Prendre le bus et acheter local : les Canadiens s’adaptent à l’essence hors de prix

Certains évitent d’utiliser leur véhicule, qui consomme de l’essence super plus chère.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

La montée et la guerre en Ukraine

Cela est largement dû aux déséquilibres créés par la guerre en Ukraine. Les pays réduisent leurs exportations de pétrole russeexplique Patrick De Haan, analyste pour Copain de gaz.

La Russie est le 3et producteur et le 2et premier exportateur d’hydrocarbures au monde. Avec l’incertitude sur les marchés, les prix de l’essence montent en flèche.

On avait déjà une hausse du pétrole liée à la reprise économique avec la fin de la pandémie. Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les marchés se montrent très anxieux. On a vu une forte hausse des prix, non pas parce qu’il y a un manque de pétrole, mais à cause d’un contexte de peurs et de spéculationa déclaré Normand Mousseau, directeur de l’Institut énergétique Trottier, dans le podcast Il explique.

Prendre le bus et acheter local : les Canadiens s’adaptent à l’essence hors de prixAgrandir l’image (Nouvelle fenetre)

Tableau des prix de détail moyens sur 12 mois au Canada et en Alberta.

Photo : GasBuddy.com (notre traduction)

La saison, également responsable

Le passage à l’été joue également un rôle dans la hausse des prix à la pompe. À mesure que les températures augmentent en Amérique du Nord, la demande de carburants augmenterésume Patrick De Haan.

Cet analyste prédit que les carburants ne seront pas moins chers dans les mois à venir, notamment le diesel, actuellement largement utilisé par les les tracteurs des agriculteurs sortent pour planter et semer.

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.