Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Pourquoi un État palestinien est la meilleure garantie de sécurité pour Israël

Débloquez gratuitement Editor’s Digest

L’écrivain est le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

Je viens de passer cinq jours au Moyen-Orient. Avec l’Ukraine, elle est devenue l’une des régions les plus instables du monde. Il y aura des périodes de calme qui pourraient donner l’impression que les tensions s’apaisent, mais le conflit israélo-palestinien reste plus omniprésent que jamais et il est là pour perdurer. Notre myopie politique, qui consiste à penser que ce conflit était gérable en faisant semblant de soutenir la solution à deux États et en le laissant ensuite s’envenimer, doit cesser. Non seulement pour des raisons d’humanité, de justice ou de moralité, mais aussi parce que si nous n’y remédions pas maintenant, cela pourrait déclencher des déplacements de personnes, y compris vers l’Europe, et exacerber le risque de terrorisme et les tensions intercommunautaires.

La région est à nouveau hantée par le traumatisme et la rage. Les Israéliens sont profondément touchés par le carnage du 7 octobre, qui a fait plus de 1 200 morts et plus de 200 otages. Les Palestiniens sont confrontés à une crise humanitaire à Gaza, à un autre carnage avec plus de 13 000 victimes, principalement des femmes et des enfants, ainsi qu’à des attaques de colons israéliens en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est. Un cessez-le-feu temporaire et une libération partielle des otages sont entrés en vigueur vendredi. J’espère que cela créera une dynamique positive conduisant à la libération de tous les otages et à la fin des hostilités.

Les horreurs commises par le Hamas et d’autres extrémistes portent préjudice aux intérêts palestiniens. Les dirigeants que j’ai rencontrés à Ramallah le reconnaissent. Mais pour eux, la question fondamentale réside dans l’occupation israélienne. Ils ont du mal à expliquer à leurs électeurs pourquoi leur liberté de mouvement est restreinte, alors que les colonies illégales prospèrent et que les colons sont libres de les attaquer. Ils ne peuvent pas non plus assurer la sécurité en Cisjordanie occupée alors qu’Israël retient les recettes fiscales palestiniennes qu’il collecte au nom de l’Autorité palestinienne.

Une horreur n’en justifie pas une autre. Pourtant, chaque camp ne regarde que sa propre facette de la tragédie, ce qui s’est passé hier ou ce qui se passe aujourd’hui. Mais il y aura un lendemain qu’aucune des deux parties n’est encore en mesure d’envisager. Les Israéliens estiment qu’ils doivent éliminer le Hamas pour garantir leur sécurité. Les Palestiniens donnent la priorité à la fin de la catastrophe humanitaire à Gaza et aux provocations des colons.

Malgré ces défis, nous devons maintenir ouverte la possibilité d’une paix. Mon récent voyage dans la région a renforcé ma conviction que la meilleure garantie de la sécurité d’Israël est la création d’un État palestinien. Et à court terme, nous devrions éviter d’affaiblir l’Autorité palestinienne.

Les vides ne peuvent pas persister dans la nature ou en politique. Si ni le Hamas ni Israël ne gouvernent Gaza, et ni l’un ni l’autre ne le devraient, le vide de pouvoir sera rapidement comblé par des forces incontrôlées qui pourraient transformer Gaza en un territoire en faillite et déclencher un nouveau cycle de violence et de terrorisme. Nous savons depuis Hobbes qu’une société sans Léviathan, sans État, est vouée à la violence et au chaos.

Nous avons été témoins de situations similaires à de trop nombreuses reprises auparavant. Nous avons assisté à des flux de réfugiés fuyant le conflit syrien vers le Liban, la Jordanie et la Turquie. Ces pays ne peuvent pas faire face à un nouvel afflux majeur de réfugiés palestiniens. Selon les mots d’un de mes interlocuteurs la semaine dernière, nous ne survivrons pas à une autre Nakba. Et l’Europe et la communauté internationale n’accepteront pas et ne pourront pas accepter un nouveau déplacement massif et forcé de Palestiniens.

Pour éviter que Gaza ne tombe aux mains de groupes armés incontrôlés susceptibles de déstabiliser l’ensemble du quartier, à commencer par Israël, le territoire doit être gouverné par un État représentant son peuple. La propre sécurité d’Israël nécessite la création d’un État palestinien à Gaza et en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est.

La manière et le moment où nous y parviendrons dépendront de nous tous. Une chose est claire : tous mes interlocuteurs dans le monde arabe ont accepté l’existence d’Israël et souhaitent s’engager dans ce dialogue. Ils reconnaissent l’immense opportunité que représentent un voisinage pacifique, la coopération transfrontalière et le rôle potentiel d’Israël en tant que moteur économique régional. Mais tous conviennent que la coopération israélo-arabe dépend de la résolution de la question palestinienne. Il n’y a pas moyen de contourner cela.

Pour avancer, nous devons viser une solution fondée sur la justice et l’égalité des droits pour les deux peuples. Cela signifie avant tout le besoin de sécurité dans l’ensemble de la région et en Europe, confrontée aux répercussions immédiates de l’instabilité. En tant que voisins, nous devons unir nos forces avec nos partenaires régionaux et mondiaux pour parvenir à un règlement politique viable et durable dans l’intérêt des Israéliens, des Palestiniens et de la région. C’est également dans notre propre intérêt. L’UE, aux côtés de certains pays arabes, a lancé des efforts pour atteindre cet objectif avec la Journée de la Paix, lancée à l’ONU en septembre, juste avant le début de la tempête. Nous sommes déterminés à continuer à œuvrer pour atteindre cet objectif.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page