Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

pourquoi la dépendance aux paris sportifs affecte tant les joueurs professionnels


En Italie, en Angleterre ou encore en France, de nombreux cas ont été révélés depuis le début de l’année.

« Plus le temps passait, plus ma dette devenait une obsession. Nicolo Fagioli, milieu de terrain de la Juventus Turin, a été contraint de passer aux aveux devant le tribunal à la mi-octobre. Le joueur turinois est suspendu pour sept mois par la Fédération italienne de football, en raison de paris sportifs illégaux. Devenu accro, il ne parie que pour rembourser ses énormes dettes. « J’ai pleuré quand j’ai vu mes dettes. En septembre 2022, ils étaient de 250 000 euros, puis ils ont atteint plus de 2,7 millions. » a déclaré Nicolo Fagioli, dont la vie a changé à seulement 22 ans. C’est le cas de nombreux joueurs, notamment en France, victimes d’une addiction au jeu appelée ludopathie.

L’attaquant de Brentford, Ivan Toney, est également devenu accro, au point de parier sur sa propre équipe. Lors d’un podcast diffusé sur la chaîne YouTube « The Diary of a CEO », l’Anglais a évoqué la gestion de l’argent lorsqu’on est un jeune footballeur professionnel. « Avoir autant d’argent à notre âge, c’est un peu comme dire : « Qu’est-ce que je fais de tout ça ? Je ne viens pas d’une famille avec beaucoup d’argent. C’est comme si il fallait se gérer soi-même et supposer que faire des paris est une bonne chose. L’addictologue Marie Grall partage la même idée. « Ils ne se rendent pas forcément compte que les gens travaillent longtemps pour avoir une telle somme, ça fausse la valeur de l’argent »elle confie à franceinfo : sport.

Un entourage influençable et une publicité omniprésente

D’autant que le football, sport le plus populaire en France, est celui qui attire le plus les paris en France. En France, 56 % des paris sportifs ont été réalisés sur le football en 2022, année de la Coupe du monde, soit 4,6 milliards d’euros, renseigne l’Autorité nationale des jeux de hasard (ANJ). Un sujet maîtrisé par les joueurs professionnels, qui les incite à parier. « Ils pensent avoir des connaissances sur le jeu qui les aideront à mieux prédire »ajoute Marie Grall qui met également en avant l’influence de leur environnement, déterminant chez les plus jeunes.

L’Italien Nicolo Fagioli a notamment suivi son compatriote Sandro Tonali, également impliqué dans la même affaire, mais suspendu plus lourdement. « Il (Tonali) le faisait et m’a dit que je pouvais le faire aussi, car les mouvements n’étaient pas traçables. À partir de ce moment-là, j’ai commencé à parier aussi parce que d’autres le faisaient. » a-t-il confié. Un phénomène récurrent chez les jeunes selon l’addictologue. « Chez les jeunes adultes, il existe une forte influence des autres et il peut y avoir une tendance à imiter leur comportement, car cela procure des émotions positives. L’influence est considérable dans cette tranche d’âge », assure-t-elle. Outre leur entourage, les footballeurs sont exposés à des affiches de paris sportifs, partout sur les réseaux sociaux et à la télévision, comme le grand public.

La publicité est omniprésente. C’est le résultat d’une augmentation des budgets marketing des opérateurs de jeux en ligne estimés à 7% en 2022, pour un total de 485 millions d’euros selon l’ANJ. Comme tout téléspectateur, les footballeurs ont entendu ces fameux slogans à la télévision : « mets la daronne protégé » Ou « tout pour la dame ». Un message ciblé (et interdit) destiné aux jeunes.

Il ne faut pas perdre de vue que le profil type du parieur, un homme (89% des cas) de moins de 35 ans (72% des cas), selon l’ANJ, ressemble à celui de la grande majorité des footballeurs professionnels. Certains d’entre eux portent parfois le nom d’une plateforme de paris en ligne sur leur propre maillot lorsqu’ils sont sur le terrain. En France, en Ligue 1, 13 des 18 équipes comptent au moins un opérateur de paris sportifs parmi leurs sponsors (8 d’entre eux portent le logo du site sur le maillot ou le short).

Ils sont aussi parfois sollicités pour promouvoir les paris sportifs malgré l’interdiction des jeux d’argent, comme les joueurs du Paris Saint-Germain dans une spot pour Parions Sport. Un préjudice pour les jeunes footballeurs selon Jean-Michel Delile, président de la Fédération Addiction. « Les publicités sont souvent portées par leurs collègues, des personnes auxquelles ils peuvent s’identifier. » a-t-il déclaré. « Ils ont utilisé cette image pour attirer une jeunesse vulnérable, avec une ambiance très urbaine, une identification à des footballeurs professionnels célèbres qui viennent un peu des mêmes milieux »ajoute Jean-Michel Delile.

Pour prévenir les footballeurs professionnels des risques, l’ANJ explique à franceinfo : sport « qu’il y a plus de 1 000 personnes (athlètes, arbitres, procureurs) de sensibilisation par an en France ». Ce chiffre sera porté à 100 000 en prévision des Jeux Olympiques de 2024.



gn sprts

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page