Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

pour Dembélé, l’heure de la maturité ?


Après des années d’errance, Ousmane Dembélé semble enfin prêt à jouer, au Qatar, les premiers rôles en équipe de France. Il devrait repartir samedi face au Danemark après sa belle prestation face à l’Australie.

« Je veux être un protagoniste de cette Coupe du monde. » Ousmane Dembélé ne s’en cache pas. Il espère briller avec l’équipe de France lors de la Coupe du monde au Qatar et enfin briller à la hauteur du talent qu’on lui prête depuis ses débuts. Un talent qui devrait encore être à l’œuvre face au Danemark samedi 23 novembre, mais que blessures et errances ont parfois masqué.

« Je suis ambitieux, je veux débuter les matches, je veux marquer et marquer », a-t-il expliqué sereinement en conférence de presse, au lendemain de la belle victoire française face à l’Australie où il a adressé une passe décisive à Kylian Mbappé.

Déjà un meilleur bilan que lors de sa précédente Coupe du monde. Sur le terrain, il n’avait pas tant contribué au sacre des Bleus en Russie. Pire : titulaire dès le premier match, il a perdu la confiance de Didier Deschamps qui ne lui a ensuite laissé que des bribes de matchs.

« Quand on compare le match de 2018, et le match de mardi (contre l’Australie 4-1), il y a beaucoup de changements. Je reviens d’un an et demi sans blessure. J’ai pris un peu d’âge, de maturité en mon jeu et en dehors du terrain », se souvient-il, évoquant honnêtement ses faiblesses passées. Alors le nouveau Dembélé est-il enfin arrivé ?

De Rennes au deuxième joueur le plus cher de l’histoire

« Dembouze » a toujours été une pépite qui ne demande qu’à briller aux yeux de tous. Détecté par le centre de formation du Stade rennais à l’âge de 13 ans, ce natif de Normandie a toujours été comparé aux plus grands par ses entraîneurs. Mikael Silvestre, ancien chef de projet du club breton, voit en lui des caractéristiques le rapprochant du jeune Cristiano Ronaldo, dans une interview datant de 2016. Aujourd’hui, sa présidente au FC Barcelone, Joan Laporta, affirme qu’il est « meilleur que Kylian Mbappé ».

Cet ailier feu follet, terreur des défenses sur ces dribbles et ces accélérations, a pourtant un parcours bien plus chaotique que son compagnon de l’attaque française. Après avoir éclos et s’être révélé au monde au Stade rennais, il a déménagé outre-Rhin au Borussia Dortmund. Une saison réussie avec 6 buts, 12 passes décisives et un titre de meilleur espoir du championnat 2016-2017.

Mais Ousmane Dembélé voit plus grand. Alors que le FC Barcelone le convoite, le Borussia Dortmund bloque son départ. Le joueur va au conflit en tarissant la récupération. Il obtient finalement gain de cause et le club allemand laisse filer l’ailier en août 2017 pour 105 millions d’euros plus 40 de bonus, faisant de lui à l’époque le deuxième joueur le plus cher de l’histoire après Neymar (222 millions), qu’il a le dur labeur. tâche de remplacer en Catalogne.

Des blessures en série ruinent sa vie

C’est aussi le début des performances liées au courant alternatif. Parce qu’Ousmane a une série de blessures. Selon un décompte de L’Équipe, depuis son départ de Rennes, il a cumulé 705 jours d’absence pour cause de blessures et manqué 102 matches en club. Des statistiques exceptionnelles pour un joueur de seulement 25 ans.

Derrière cette propension à la blessure, c’est le mode de vie de l’ailier qui est souvent mis en cause. Un chef a même été dépêché par le FC Barcelone pendant un temps pour que l’attaquant puisse manger d’une manière plus conforme à son métier de footballeur. Combiné à sa propension à arriver en retard, c’est une réputation de manque de professionnalisme qui lui colle à la peau.


Cela a de nouveau été pointé du doigt lors de la conférence de presse de Barcelone. Il a convenu que cela avait été un problème dans le passé, bien qu’il ait insisté sur le fait que « ce n’était pas non plus la fête ». Il a dit qu’il avait beaucoup mûri. Nul doute que son mariage en 2021 puis la naissance de sa fille en septembre 2022 ont achevé la croissance de « Dembouze ».

En tout cas, en club, Ousmane Dembélé continue enfin. Il a terminé meilleur passeur de la Liga sur l’exercice 2021-2022 et semble avoir démarré sur les mêmes bases lors de la première partie de saison grâce à son accord avec l’attaquant Robert Lewandowski. Son entraîneur Xavi ne tarit pas d’éloges sur lui : « Il est pratiquement au niveau du meilleur Neymar quand il était à Barcelone. Il y a très peu de joueurs comme lui », a-t-il déclaré.

Peser enfin dans l’effectif des Bleus

Chez Blue aussi, son histoire s’écrit en dents de scie. Appelé pour la première fois en septembre 2016, le Normand n’a signé que sa deuxième passe décisive en 29 sélections (4 buts) lors du match face à l’Australie. La faute aux blessures et aux irrégularités.

Pourtant, depuis sa première sélection, Didier Deschamps a toujours fait appel à lui pour ses palmarès des grandes compétitions. En plus de la Coupe du monde, il avait été convoqué pour l’Euro-2021 où il a disputé les deux premiers matches.

« Il a cette capacité à toujours créer des problèmes à l’adversaire avec sa vitesse et sa percussion », a loué Didier Deschamps en conférence d’avant-match et l’a félicité : « Ousmane Dembélé est [aujourd’hui] un joueur plus construit, plus mature. »

A l’Euro-2021, il a dû quitter ses coéquipiers, blessés au genou lors du match contre la Hongrie. Un départ qui avait pesé sur l’ambiance du groupe, tant le joueur est connu pour ses qualités d' »animateur », capable de faire le lien entre les groupes, distillant la bonne humeur et faisant le lien entre les différents groupes.

« J’aime que tout le monde s’entende dans un groupe. C’est important. En 2018, c’est le groupe qui a gagné, pas les individuels, même s’il en faut. J’aime mettre l’ambiance mais le coach me prend avant tout pour mes qualités de un footballeur », a souligné Ousmane Dembélé.

Car telle est la cuvée 2022 d’Ousmane Dembélé, mûre à point, sérieuse et concentrée mais sans rien perdre de sa fraîcheur naturelle. Il l’a encore prouvé avec quelques « punchlines » dont il a le secret, comme lorsqu’il plaisante sur la possibilité de le mettre arrière gauche (« On va encaisser beaucoup de buts si on fait ça »). Ou lorsqu’il taquine son ami d’enfance Dayot Upamecano, passé quelques minutes plus tôt devant le pupitre de conférence de presse : « Je jouais contre lui en CM1/CM2 et il ne m’a jamais battu. Il a dû signer avec le Bayern pour cela. »

La Coupe du monde au Qatar au-delà du football :



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page