Skip to content
Pas de 500 $ pour 350 000 personnes


Le gouvernement Legault a puisé dans le vaste plat du crédit d’impôt anti-inflation de 500 $ offert à 6,4 millions de contribuables gagnant un revenu net de 100 000 $ ou moins afin d’obtenir le remboursement des dettes fiscales et gouvernementales.

Ainsi, en raison de leur dette envers le gouvernement, quelque 213 158 contribuables québécois n’ont pas eu droit au fameux crédit d’impôt remboursable de 500 $. Le gouvernement Legault a utilisé le crédit pour se rembourser.

À ces centaines de milliers de contribuables qui n’ont pas vu la couleur du crédit d’impôt de 500 dollars, il faut ajouter 142 106 autres contribuables qui n’ont reçu pour leur part qu’une partie dudit crédit d’impôt de 500 $, le gouvernement CAQ s’emparant de le reste du crédit pour remboursement au gouvernement.

Alors que le gouvernement Legault poussait sa générosité jusqu’à verser 1 000 $ aux couples qui gagnaient un revenu net de 200 000 $ (soit 100 000 $ chacun), il s’est montré avare en se remboursant sur ce crédit d’impôt. 500 $ pour ces 355 264 contribuables endettés.

Pourquoi est-ce odieux ?

Je trouve déraisonnable d’enlever le pain de la bouche de ces contribuables, sans doute parmi les moins nantis de la société.

Lorsque les gouvernements mettront en place des mesures d’aide financière pour permettre aux ménages de compenser en partie la hausse du coût de la vie, tous les bénéficiaires visés devraient pouvoir en bénéficier, même ceux qui sont aux prises avec une dette fiscale. ou d’autres dettes publiques.

Pour justifier cette saisie de ces 500 dollars de crédit d’impôt destinés à ces centaines de milliers de contribuables qui doivent de l’argent au gouvernement, le ministre des Finances Eric Girard s’est caché derrière le Loi sur l’administration fiscale.

Cette loi lui permet d’utiliser le montant de ce crédit d’impôt pour payer une dette que les gens doivent à l’État. Il n’était pas question pour lui de modifier ladite loi.

Pourtant, l’automne dernier…

L’automne dernier, lors de l’instauration du 1er crédit d’impôt remboursable pour compenser la hausse du coût de la vie, François Legault et son agent des finances ont décidé de ne pas appliquer les règles d’attribution et de compensation des Loi sur l’administration fiscale.

C’est ainsi que les 3,3 millions de Québécois admissibles ont pu récolter les crédits offerts sous forme d’aide financière forfaitaire unique : 200 $ par adulte, plus un montant additionnel de 75 $ dans le cas d’une personne vivant seule.

torsion du bras

Maintenant que le gouvernement Legault a décidé de saisir le crédit d’impôt anti-inflation de 500 $ destiné au remboursement des contribuables, il s’agit à mes yeux d’une opération de torsion.

Cela donne une belle longueur d’avance aux ménages qui ont vu le gouvernement utiliser le crédit d’impôt de 500 $ pour se rembourser au lieu de leur donner les 500 $ pour les aider à survivre en ces temps d’inflation.

Quand le premier ministre François Legault et son ministre Éric Girard trouvent justifié de verser 1 000 $ en crédit anti-inflation à un ménage gagnant 200 000 $ de revenu net, je pense qu’ils ont une obligation morale, sociale et que le gouvernement remet les 500 $ qu’ils ont retirés aux 355 264 Québécois dans le but de rembourser une dette publique.

Et ça presse !



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.