Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles localesPolitique

Paris sollicite le soutien d’Alger sur le Sahel


C’est ce qu’Emmanuel Macron appelle le « grand dossier sahélien ». Vendredi 26 août, en fin d’après-midi, le chef de l’Etat français s’est presque réjoui d’être arrivé en retard pour le traditionnel discours présidentiel aux membres de la communauté française réunis à la résidence de l’ambassade de France à Alger. La raison : « Des discussions dans un cadre inédit depuis 1962 », qu’il a eu, un peu plus tôt dans la journée, avec les plus hautes autorités algériennes, le président, Abdelmadjid Tebboune, et les chefs de l’armée. Une première, longtemps espérée par Paris.

« Nous nous sommes retrouvés avec notre ministres des armées, chefs d’état-major des armées et grands directeurs [du renseignement] avec une volonté d’avancer sur les enjeux existentiels, stratégiques et sécuritaires qui ont jusqu’alors été comme un angle mort dans notre relation. » Comprendre la situation régionale – avant tout au Sahel – et, surtout, l’irruption de ce que le chef de l’État français appelle la« L’impérialisme russe » Dans la région.

« L’Algérie a un rôle très important au Sahel, géographiquement et politiquement », il se souvenait déjà d’être sorti du cimetière européen de Saint-Eugène, qu’il avait arpenté le matin, tout en défendant le bilan de la France au Mali, d’où l’armée française a achevé cet été son retrait. « Notre volonté est de renforcer le partenariat avec l’Algérie, de pouvoir travailler ensemble, tant sur le plan politique que diplomatique.il a continué, mais aussi pour faire passer les bons messages et empêcher les mercenaires de prospérer dans la région, notamment le groupe Wagner. »

« Faire preuve de pédagogie »

Ce groupe, faux nez de l’interventionnisme militaire du président russe, Vladimir Poutine, est accusé par Paris de servir ses « intérêts économiques » propre et de « sécuriser la junte » au pouvoir à Bamako. Alger, proche des autorités maliennes et historiquement liée à la Russie, assure, pour sa part, vouloir privilégier une solution politique et revendique une neutralité, du moins sur le front, fidèle à son principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un pays . troisième.

« La neutralité algérienne actuelle est un réconfort. Mais il faut être pédagogue et leur expliquer que ce n’est pas qu’un problème pour les Européens, ça concerne toute la régionprécise une source diplomatique française. Quelles sont les motivations des Russes ? Le président Emmanuel Macron a été très clair avec les pays africains sur le problème de l’impérialisme russe. Je pense que les Algériens en sont conscients. Il faut les féliciter et les encourager à adopter une attitude moins prudente. »

Il vous reste 18,46% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page