Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Olaf Scholz appelle à une production d’armes « à grande échelle » en Europe

Alors que la guerre en Ukraine entre dans sa troisième année, la chancelière allemande a appelé lundi à une production d’armes à grande échelle au niveau européen. Olaf Scholtz encourage également les Vingt-Sept à privilégier les commandes groupées et de longue durée.

Publié sur : Modifié :

4 minutes

Sur le plus grand complexe industriel de défense du pays, à Unterlüss, dans les plaines boisées du nord de l’Allemagne, le chancelier Olaf Scholz a donné lundi 12 février la cérémonie d’inauguration d’une future unité de production d’armement.

Dans une Europe qui peine à approvisionner l’Ukraine en munitions, le constructeur allemand Rheinmetall investit sur le long terme avec une nouvelle usine d’obus et l’ambition de décupler sa production.

Elle doit produire, à partir de 2025, des munitions d’artillerie de 155 millimètres, en visant progressivement une capacité de 200 000 obus par an.

Selon la chancelière, il s’agit d’un « signal » adressé aux Européens appelés à renforcer la base industrielle de défense du continent, en privilégiant les commandes groupées et à long terme. « Nous devons (…) nous tourner vers la production d’armes à grande échelle », a insisté Olaf Scholz.

« Dissuader les attaquants potentiels »

Malgré les milliards d’euros d’armes livrés par les pays de l’Union européenne à l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe, ils sont encore loin d’avoir atteint une capacité suffisante pour soutenir durablement le pays et reconstituer leurs propres stocks.

Il s’agit cependant d’une « nécessité urgente. Car aussi dure que soit cette réalité, nous ne vivons pas en temps de paix », a souligné la chancelière pour qui les « ambitions impériales » du président russe Vladimir Poutine représentent « une menace majeure ».

Dans cette situation, « ceux qui veulent la paix doivent réussir à dissuader d’éventuels agresseurs », estime la chancelière. Cela nécessite une coopération industrielle « plus étroite » entre les Vingt-Sept.

« Une défense forte nécessite une base industrielle solide. Cela se réalisera si nous, Européens, regroupons nos commandes, si nous mutualisons nos ressources et donnons ainsi à l’industrie des perspectives pour les 10, 20 ou 30 prochaines années », a-t-il souligné.

Lire aussiAide à l’Ukraine et réarmement de l’armée… Le virage militariste de l’Allemagne est-il tenable ?

L’Allemagne a longtemps été un mauvais exemple, a reconnu Olaf Scholz, car sa politique d’armement « a été menée comme si elle achetait une voiture », alors que les industries de défense ont besoin d’une planification à long terme pour investir dans de nouvelles capacités.

« Si je veux acheter une Golf dans deux ou trois ans, je sais qu’elle sera en stock », dit-il, reprenant la métaphore automobile. Mais « les chars, les obusiers, les hélicoptères et les systèmes de défense aérienne ne sont pas disponibles dans le commerce » et nécessitent des commandes garanties par les États.

Rheinmetall veut produire, sur tous ses sites en Europe, jusqu’à 700.000 obus d’artillerie par an en 2025, contre 400 à 500.000 cette année. Avant l’invasion russe de l’Ukraine, elle n’en produisait que 70 000.

Objectif : deux à trois millions d’obus produits par les Européens

Le plus grand fabricant d’armes allemand « a déjà une capacité supérieure à celle des Etats-Unis » en termes de production d’obus de 155 millimètres, assure le patron de Rheinmetall, Armin Papperger, à l’AFP.

A l’avenir, « les Etats-Unis souhaiteraient produire un million d’obus par an et l’Europe deux à trois millions grâce à une union entre partenaires européens », ajoute-t-il.

D’ici fin mars, les Européens n’auront fourni que la moitié du million d’obus promis à l’Ukraine l’année dernière.

Le complexe Rheinmetall d’Unterlüss produit déjà des obus de 120 millimètres pour les chars Leopard 2, utilisés sur le front ukrainien. De 60 000 pièces produites par an avant 2022, la cadence est passée à 240 000.

Mais avec des milliers de coups de feu tirés quotidiennement, les troupes ukrainiennes ont des besoins très importants et urgents pour tenter de repousser l’invasion russe.

Et les armées des pays européens ont leurs propres lacunes à combler. Après des années de sous-investissement, les stocks de l’armée allemande sont vides, et ses besoins en munitions sont estimés à environ 40 milliards d’euros par Rheinmetall.

Face à la visite du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell la semaine dernière en Ukraine, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a appelé à la naissance d’un véritable « marché unique » de la défense dans l’UE, dont sont issus les Vingt-Sept. encore loin.

Avec l’AFP

gn world

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page