Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles localesPolitique

Mondial-2022 : la Belgique déjoue mais sort face à un Canada qui méritait mieux


La Belgique a triomphé contre le cours du jeu mercredi contre le Canada. Les Diables Rouges prennent l’avantage devant la Croatie et le Maroc, qu’ils affrontent dimanche.

On est loin de la flamboyante équipe belge qui a échoué en demi-finale face au futur champion du monde français en 2018. Face au Canada, qui fête sa deuxième participation à la Coupe du monde, les Diables Rouges ont frôlé la catastrophe. Mais leurs individualités leur ont permis de s’imposer, mercredi 23 novembre, pour prendre la tête du groupe F, devant le Maroc et la Croatie qui ont fait match nul plus tôt dans la journée.

Les Belges avaient pourtant commencé avec les meilleures intentions du monde. Dès les premiers instants, Michy Batshuayi complète l’échauffement du gardien canadien Milan Borjan en profitant d’un ballon canadien perdu pour tenter un tir des 30 mètres (2e).

Un penalty manqué pour le Canada

Mais, une fois cette inspiration passée, la Belgique reculera et sera étouffée par la fougue et la maîtrise tactique des Canucks. Bloquant habilement les circuits de passes avec un pressing haut, les Canadiens ont empêché les Red Devils de sortir le ballon proprement et se sont jetés à la moindre occasion. Jonathan David tire le premier coup. Pays. (septe).

Sur un corner, Carrasco stoppe la tentative de tir canadien de la main gauche. L’arbitre ne siffle pas au début, mais regarder la vidéo lui fait changer sa décision. Pourtant, Alphonso Davies bute sur un Thibaut Courtois impeccable (10e). La punition n’est pas loin pour les Belges.

Si les travées du stade Ahmed ben Ali sont loin d’être remplies, elles comptent tout de même d’importants contingents de supporters des Red Devils et des Canucks. Et, comme sur le terrain, ce sont ces derniers qui se démarquent le plus à grand renfort de chants, d’applaudissements et autres martèlements de pieds qui font trembler le seul stade qui n’a pas été construit spécialement pour la compétition.

Et inévitablement, avec un tel soutien, les Canadiens sont motivés. Jonathan David multiplie les tentatives, tandis que ses ailiers Buchanan et Davies profitent de l’absence de joueurs adverses dans les couloirs pour multiplier les incursions. À la mi-temps, les Canadiens avaient déjà tiré 14 fois.

La Belgique marque contre le cours du jeu

Cependant, la Belgique peut se reposer sur ses individualités, notamment Eden Hazard et Kévin De Bruyne. Contre le cours du jeu, elle profite d’une absence de la défense canadienne pour ouvrir le score. Alderweireld trouve Batshuayi dans les profondeurs. Le plat du pied du Belge est impeccable pour tromper Borjan (44e, 1.0). Un but qui réveille les Belges en tribune pendant quelques minutes.

Cruel pour le Canada, qui ne s’avoue pas vaincu. Au retour des vestiaires, les Canucks reviennent attaquer la Belgique, se montrant toutefois moins incisifs. Les Belges procèdent par contre-attaques, mais sans leur maître pour jouer Hazard, qui laisse sa place. De Bruyne part seul et cherche Batshuayi mais Miller réalise un magnifique tacle glissé (66e).

La Belgique a creusé dans ses 35 derniers mètres pour la fin du match et le Canada a poussé pour revenir. Sur le côté droit, Johnston pose un centre à la tête de Larin. Mais le ballon manque de puissance et Courtois est vigilant (77e). Il reste jusqu’à la fin.

Pour la Belgique, l’essentiel est sûr : le premier match est gagné. Elle fait même une bonne affaire avec le match nul entre la Croatie et le Maroc, qu’elle affrontera dimanche. Quant au Canada, le plus méritant ce soir, sa première victoire en Coupe du monde attendra encore.

La Coupe du monde au Qatar au-delà du football :


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page