Skip to content
Mexique : Google condamné à verser 245 millions de dollars à un particulier pour « préjudice moral »


Google a été condamné au Mexique à payer près de 245 millions de dollars pour « préjudice moral » à un individu, a déclaré vendredi le géant américain des moteurs de recherche, annonçant son intention de faire appel.

• Lisez aussi : 1995-2022 : Un ingénieur érige une tombe pour Internet Explorer

• Lisez aussi : L’intelligence artificielle, la mal nommée

• Lisez aussi : Voici comment déjouer les logiciels malveillants sur vos ordinateurs

Google a été condamné le 13 juin à payer cinq milliards de pesos en faveur de l’avocat Ulrich Richter Morales, de son épouse et de leur société commune, a indiqué la firme américaine dans un bref communiqué à l’AFP.

Google est accusé d’avoir « soi-disant toléré et autorisé la diffusion d’un blog » portant atteinte à la réputation de l’avocat.

« Une fois de plus nous regrettons la condamnation en appel » d’un tribunal civil de Mexico « que nous considérons comme arbitraire, excessive et infondée », ajoute Google, qui assure qu’il « se défendra jusqu’au dernier recours, car ce jugement porte atteinte à la liberté d’expression et d’autres principes fondamentaux ». L’affaire pourrait désormais aller jusqu’à la Cour suprême.

Le plaignant reproche à Google d’avoir autorisé la diffusion d’un blog l’impliquant dans de prétendus délits de blanchiment d’argent, trafic d’influence et falsification de documents.

« Je suis sans voix. Merci », a commenté ce vendredi sur Twitter l’avocat, auteur de plusieurs livres sur la citoyenneté, dont l’un s’intitule : « Citoyen numérique. Fake news et post-vérité à l’ère d’internet ».

Morales Richter affirme avoir demandé à Google la suppression du blog depuis 2015.

Il avait alors porté plainte pour « préjudice moral » et avait déjà obtenu gain de cause en première instance.

Google a déjà fait face à de nombreuses autres plaintes de ce type dans d’autres pays.

Le tribunal fédéral australien a condamné début juin le géant de l’internet à verser plus de 466.000 euros à un homme politique australien qui estimait avoir été diffamé dans des vidéos d’un humoriste hébergées sur YouTube, propriété de Google.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.