Skip to content
« Membre de cœur » : Macron tente de contourner l’impossible adhésion rapide de l’Ukraine à l’UE

Le 9 mai, le président français a écarté la perspective d’une adhésion rapide de l’Ukraine à l’UE et, en attendant l’entrée dans une nouvelle entité, une « communauté politique européenne », également capable d’accueillir des pays comme le Royaume-Uni. Lors de son premier discours sur l’Europe depuis sa réélection, prononcé à Strasbourg, Emmanuel Macron a expliqué que l’Ukraine était certes un « membre de cœur de notre union », mais que la procédure lui permettant d’adhérer à l’UE « prendrait plusieurs années, voire plusieurs ». décennies, à moins que nous ne décidions d’abaisser les normes de cette adhésion ».

Et pour cause, l’adhésion d’un Etat à l’Union européenne suppose de remplir plusieurs critères, comme le fait que le candidat dispose d' »institutions stables » et d’une « économie de marché fonctionnelle », deux points discutables. dans le cas de l’Ukraine. Le problème de la corruption pourrait aussi être un frein à une éventuelle adhésion, l’Ukraine étant classée 122e sur 180 pays (derrière la Zambie ou les Philippines) dans l’indice de perception de la corruption de l’ONG Transparency International.

Une « communauté politique européenne » parallèle à l’UE ?

« L’UE ne peut pas être le seul moyen de structurer le continent européen à court terme », a déclaré le président français lors de son discours. Emmanuel Macron a ainsi avancé l’idée d’une « communauté politique européenne », dont il a précisé les contours lors d’une conférence de presse conjointe à Berlin avec Olaf Scholz. Cela pourrait offrir « une autre forme de coopération », a-t-il suggéré, la chancelière allemande ayant trouvé l’idée « très intéressante » alors que plusieurs pays ont déjà postulé à l’adhésion européenne ou envisagent de le faire.

« [Cette organisation] permettrait aux nations européennes démocratiques adhérant à nos valeurs fondamentales de trouver un nouvel espace de coopération politique, de sécurité, de coopération », a expliqué le président français, dans des formes qui restent « à définir ». L’Ukraine, mais aussi des pays moins avancés sur la voie de l’adhésion, comme la Bosnie-Herzégovine, pourraient rejoindre un tel groupe.

Emmanuel Macron a également jugé que le Royaume-Uni, qui a quitté l’UE en 2020, pourrait avoir « toute sa place ». Il a également mentionné les pays « qui sont mêlés à des problèmes d’adhésion […] parfois pendant des décennies », dans une allusion à la Turquie. La proposition relance le débat sur la possibilité d’une organisation de l’UE en plusieurs cercles concentriques avec des pays bénéficiant de niveaux d’intégration différents.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.