Skip to content
Mark Ruffalo, le Hulk des films Marvel, demande à être davantage taxé


DAV | L’acteur américain Mark Ruffalo, connu pour son rôle de Hulk dans les films Marvel, s’est joint à l’appel de plus de 150 personnes fortunées pour une augmentation des impôts alors que les élites mondiales se réunissent au Forum économique de Davos.

L’acteur fait partie des derniers signataires d’une lettre ouverte intitulée « In Tax We Trust », publiée pour la première fois lors d’une conférence virtuelle à Davos en janvier, et rejointe à l’époque par l’une des héritières de l’empire Disney, Abigail Disney.

« Alors que le monde a connu d’immenses souffrances au cours des deux dernières années, nous avons vu nos fortunes augmenter pendant la pandémie, mais peu d’entre nous, voire aucun, peuvent honnêtement dire que nous payons une juste part d’impôts », est-il écrit dans cette lettre mise à jour à l’occasion du Forum de Davos.


Mark Ruffalo, le Hulk des films Marvel, demande à être davantage taxé

Sheri Determan/WENN.com

Abigaïl Disney

Le groupe de « millionnaires patriotes » à l’origine de l’appel affirme que le nombre de signataires de la lettre est passé de 100 en janvier à plus de 150 en mai.

Son président Morris Pearl, ancien directeur général du géant financier Blackrock, s’est engagé dans un communiqué à « continuer à faire pression sur les dirigeants internationaux pour qu’ils répondent à notre appel : taxer les riches avant qu’il ne soit trop tard ».

Taxer les plus riches est moins efficace que d’autres collecteurs de fonds, a déclaré mardi à Davos le secrétaire général de l’OCDE, Mathias Cormann.

« Cela ne génère pas forcément beaucoup de ressources financières », a déclaré M. Cormann lors d’une conférence. « En termes d’effet politique c’est attractif, mais en termes d’objectifs ce n’est pas si efficace », a-t-il ajouté, pointant en revanche l’efficacité des taxes foncières.

« La fiscalité sur la fortune a une portée énorme, elle a été testée et dans certains pays, elle fonctionne », a déclaré la directrice générale de l’Ofxam, Gabriela Bucher.

L’ONG milite pour un impôt de solidarité exceptionnel sur les richesses nouvellement acquises par les milliardaires pendant la pandémie, dans le but d’utiliser les ressources générées pour apporter un soutien aux plus modestes, en attendant une fiscalité plus durable.

« Il serait impossible de dépenser tout l’argent qui a été accumulé pour une seule vie », a-t-elle déclaré mardi.

L’OCDE, pour sa part, est à l’origine d’un projet d’imposition minimale des multinationales et de répartition de l’imposition là où elles réalisent leurs bénéfices, actuellement en discussion.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.