Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

Manifestant aveuglé : les CRS acquittés aux assises


Acquitté. Un murmure a atteint la cour d’assises de Paris jeudi soir. Et transformé en clameur « La police partout, la justice nulle part ». Après trois jours de procès, et trois heures et demie de délibération, le brigadier-chef de 54 ans, Alexandre M., a été reconnu comme l’auteur de « violence intentionnelle entraînant une incapacité permanente », mais en légitime défense. Son irresponsabilité pénale a été constatée. Le 15 septembre 2016, lors d’une des dernières manifestations contre la loi Travail, ce CRS avait lancé une grenade à main pour désencercler. Dans la trajectoire, Laurent Théron, syndiqué à Sud santé sociale s’apprêtait à rentrer chez lui. En quelques secondes, il a définitivement perdu son œil droit.

Du 12 au 14 décembre, un jury populaire a tenté de comprendre ce geste, concluant par cette décision très clémente en opposition aux deux à trois ans d’emprisonnement avec sursis, ainsi qu’à une interdiction de port d’arme pendant cinq ans, exigée par le parquet. . L’avocat général n’avait cependant pas demandé le non-lieu des CRS, contrairement à la partie civile.

« Étonné »l’avocate de la victime, Lucie Simon, a estimé que « nous ne sommes pas allés du côté de la droite, nous sommes allés du côté de la peur, du sensationnalisme », appelant la décision  » pure émotion ». Car au moment du tournage, ce 15 septembre 2016, Laurent Théron « ne présentait aucun danger. il avait « leles mains dans les poches ». Une vidéo de la place de la République à ce moment précis montrait des gens dispersés, non menaçants, alors que la mobilisation prenait fin. Une ambiance confirmée par le journaliste de la rédaction de L’Humanité à l’époque. Mais une situation contestée par les CRS qui jugent son tournage »légitime «  face à « groupes hostiles », tandis que sa compagnie tentait d’évacuer les lieux. Son avocat, connu pour avoir régulièrement défendu des policiers (conseillant notamment les gendarmes qui ont arrêté Adama Traoré, ou des policiers dans l’affaire Chouviat), a même évoqué une« Paris à feu et à sang ». Moins lyrique, l’enquête de l’IGPN avait permis de découvrir que la grenade avait été lancée »en forme de cloche et non roulé au sol comme il fallait, et que le brigadier-chef venait d’être affecté à cette compagnie, et n’avait pas l’autorisation de lancer ce projectile.

Pour l’avocat du prévenu, Me Liénard, «Ce verdict est un vrai soulagement pour notre client qui était poursuivi depuis six longues années. C’est une décision juste et légale. »Laurent Théron a rapidement quitté la salle, accompagné de nombreux militants défendant les droits des personnes handicapées. Depuis 2016, ont-ils soutenu, «plus de 40 personnes ont été aveuglées et plus de cinq ont eu les mains arrachées ». Et rares sont les policiers ou gendarmes qui ont dû franchir la porte d’une cour d’assises pour répondre. Le collectif Désarmons-les milite pour l’interdiction des LBD (lanceurs de balles de défense) et des grenades de désencerclement lors des manifestations, responsables de nombreuses mutilations permanentes ou de morts. Une revendication également portée par l’ONG Amnesty International en France.


Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page