Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueBourse Entreprise

mais pourquoi tant de « dés » ?


Il est arrivé sur nos écrans, barbu et souriant, le 14 novembre, à l’heure du dîner, bien décidé à éradiquer la dé-consommation. En plein Black Friday. Il a été chargé par l’Ademe, l’Agence de la transition écologique, de nous inconditionner à travers quatre spots publicitaires pas si conventionnels. Le pitch : un conseiller « atypique » arpenter les rayons d’un magasin ne pousse pas les clients à dépenser, préférant s’interroger sur leurs besoins réels avant de les inviter au réemploi ou à la location. « N’hésitez pas, hein, si vous avez besoin que je vous déconseille de nouveaux achats. Cela soulagera les ressources de la planète. Et ceux dans vos placards ! »dit-il aux clients. « Franchement, pour un vendeur, vous n’êtes pas… »ose l’un d’eux. « Ah non, pas du tout ! Je suis revendeur », répond l’antihéros de la décroissance. Buzz garanti. De gros problèmes à l’horizon.

Fureur des commerçants, petits et grands, et de leurs représentants patronaux. Réaction colérique mais mesurée (c’est presque pire) de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, qui dirige l’Ademe, s’est félicité de cette décision. « révolution de la sobriété et de l’économie circulaire »a dû monter au créneau, en publiant une chronique dans les colonnes de Monde. Certains ont jugé la campagne comme la moindre « déplacé ». L’autre ne l’a pas trouvé ainsi « déraisonnable ». « Dés » contre.  » de « . Ce jeu de sémantique, dont l’affaire du « de-seller » n’est que la dernière en date en date, ne va-t-il pas se transformer en bras de fer ? Au pays d’Astérix, cette histoire de préfixe est-elle en passe de se transformer en idée fixe ?

Dans ce domaine aussi, l’inflation est galopante. Dans le sillage de la fameuse « déconstruction », introduite au XXee siècle par la philosophie et popularisé au 21ee à travers la politique, d’autres événements ont rejoint le peloton. La librairie nous a récemment proposé Disparaître. Psychologie de la création littérairede Sophie Képès (Maurice Nadeau, 240 pages, 19 euros), sélectionnée pour le Prix d’essai Femina, et Déconditionnez-vous ! Tout comprendre sur les schémas de pensée qui nous enferment, de Johanna Rozenblum (Courrier du livre, 256 pages, 18 euros). Le réchauffement climatique nous a offert le cadeau de la dédiesélisation. Les voisins du dessus ont emprunté pour sortir de la cohabitation.

Tout le monde l’utilise

Le journalisme a célébré la désunion dans les pages de Libérer sous le titre « Quand verrons-nous des célibataires pour tous ?  » (1euh Avril 2013). Il a consacré son travail au magazine Socialiste (N°57, avril-mai 2023) – « La réduction du temps de travail est présentée comme un outil de transition écologique qui a donné naissance au mouvement du « déwork » : travailler moins et mieux. » Les invités de Radio France encouragés « dé-emboliser l’hôpital »tandis que le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, a appelé, sur le plateau de « C à vous » (France 5), à la « dénormalisation du tabac » et la bouffée (lire cigarette électronique). Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exigé « désoccupation totale de son territoire » en mondovision, tandis que, dans une tribune au MondeLe député William Martinet (LFI) a réclamé le « démarchandisation de la petite enfance ».

Il vous reste 70% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

gn buss

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page