Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

L’un des plus grands artistes de tous les temps renaît au cinéma. J’ai vu One Love sur Bob Marley et j’ai été transportée !

Actualités culturelles L’un des plus grands artistes de tous les temps renaît au cinéma. J’ai vu One Love sur Bob Marley et j’ai été transportée !

Partager :


Le 14 février, les amateurs de reggae se retrouveront… au cinéma ! Bob Marley One Love, biopic sur le célèbre artiste, arrive pour la Saint-Valentin 2024. On a pu le découvrir en avance.

Un biopic sur Bob Marley le jour de la Saint-Valentin, c’est tout un symbole ! L’homme qui a toujours prôné l’amour, la liberté et la justice arrive en salles ce 14 février, dans un film de près de 2 heures réalisé par Reinaldo Marcus Green (La Méthode Williams). Mais ne vous attendez pas à un travail exhaustif. « Nous nous sommes concentrés sur une période de création musicale de génie musical », résumé le cinéaste à l’occasion de la première de son Bob Marley One Love. « Bob a tout mis en œuvre, créant l’un des meilleurs albums du XXe siècle (Exodus, ndlr) (…) nous voulions montrer l’homme derrière la musique ou au moins une fenêtre sur son existence ».

« Un amour une vie »

En guise d’introduction, Bob Marley One Love nous emmène à Kingston, en Jamaïque, en 1976. Le pays glisse dangereusement vers la guerre civile, alors que deux groupes politiques s’affrontent. On ne va rien vous gâcher, mais le chanteur échappe de peu à un événement tragique qui va l’encourager à porter ses valeurs au monde entier. Robert Nesta (de son vrai nom) se réfugie alors entre autres en Angleterre, où il pourra réinventer sa musique | donner naissance à Exodus, son album chef-d’œuvre.

L'un des plus grands artistes de tous les temps renaît au cinéma.  J'ai vu One Love sur Bob Marley et j'ai été transportée !

Avec le biopic de Green, on a l’impression que le succès mondial de Bob Marley est né de sa rencontre avec les sonorités occidentales (le son cristallin de la Stratocaster notamment) alors qu’en réalité c’est la reprise de son I Shot the Sheriff d’Eric Clapton qui fait office de un déclencheur. Ce passage est absent pour les abonnés, et ce n’est malheureusement pas le seul. « On ne peut pas raconter une vie en 2 heures », explique le réalisateur, toujours à l’avant-première de One Love. Le problème est que le film laisse de côté trop de pièces du puzzle. Bob Marley prend ici des airs de prophète presque déshumanisé ! Ses nombreuses conquêtes sont rapidement évoquées, il fait preuve d’un enthousiasme sans faille et ne doute presque jamais. Plus que le personnage, c’est l’image qui a survécu qui parle en premier, et même les quelques flashbacks sur son enfance sont, à notre goût, insuffisants pour comprendre qui était réellement Robert Nesta.

Un prophète et c’est tout ?

Bon, après, le type était peut-être innocent… Mais ce n’est pas ce que suggère Kevin Macdonald, réalisateur du documentaire Marley (qui met en scène 90 personnes proches de l’artiste). En 2012, il notait que « chacun a sa propre vision » de l’homme. « Même s’ils avaient des choses à lui reprocher, ils éprouvaient tous un profond respect » ! Un respect qui, pour One Love, est sans doute le résultat de l’influence de Ziggy Marley, fils aîné de la légende et ici producteur aux côtés de deux de ses sœurs Cedella | Rita.

L'un des plus grands artistes de tous les temps renaît au cinéma.  J'ai vu One Love sur Bob Marley et j'ai été transportée !

Après tout, ce ne serait pas la première fois qu’un biopic se montre un peu trop maternel. Pour rappel, le film Bohemian Rhapsody a été coproduit par Brian May et Roger Taylor, guitariste et batteur de QUEEN. Ziggy Marley fait d’ailleurs l’objet d’un « culte » quelque peu inconfortable dans le long-métrage. Il est cité à plusieurs reprises, montré devant la caméra, ne laisse aucune chance à ses frères-sœurs d’exister à l’écran. Dommage.

Une production sobre mais équitable

En revanche, la Jamaïque existe à l’écran… Green et ses équipes sont allés poser leur caméra directement sur les terres natales de Bob, et ça se voit. Pour les passages sur l’île, la mise en scène dévoile de superbes plans où la flore sauvage cohabite avec la pauvreté de « Trenchtown » à Kingston, où a grandi le musicien. Mais ce qui est plus vrai que nature, c’est l’interprétation de Kingsley Ben-Adir dans le rôle principal. D’un côté, la ressemblance entre lui et la star est parfois troublante – mais surtout, l’acteur retranscrit organiquement l’attitude, le déhanchement des hanches de Marley ! La synchronisation labiale est assez impeccable, et l’acteur s’amuse même à brouiller les frontières entre le biographique et le réel, en chantant lui-même la chanson. De quoi créer des moments suspendus saisissants, mine de rien.

L'un des plus grands artistes de tous les temps renaît au cinéma.  J'ai vu One Love sur Bob Marley et j'ai été transportée !L'un des plus grands artistes de tous les temps renaît au cinéma.  J'ai vu One Love sur Bob Marley et j'ai été transportée !

Enfin : One Love ressemble souvent à une caméra 4K téléportée dans les années 1970, et c’est très sympa… Les scènes de concert ne sont ni trop longues, ni trop « forcées », et en ce sens, l’objectif de Green de montrer « une fenêtre » sur la vie de Bob Marley est rempli. Et dans l’ensemble, malgré les critiques évoquées plus haut, on se laisse transporter. À l’image des convictions rastafari de l’artiste qui imprègnent tout le long métrage, One Love exerce parfois une sorte de fascination mystique sur le spectateur. Bref, ce n’est pas parfait, mais c’est une plutôt bonne pioche.

gn enter

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jewel Beaujolie

I am a fashion designer in the past and I currently write in the fields of fashion, cosmetics, body care and women in general. I am interested in family matters and everything related to maternal, child and family health.
Bouton retour en haut de la page