Nouvelles sportives

Luka Doncic, prodige slovène et bourreau des Français

La superstar du basket Luka Doncic est inarrêtable à l’EuroBasket 2022. Le prodige slovène a inscrit 47 points à lui seul face à la France mercredi, signant une performance historique.

« Fou », « monstrueux », « légendaire », « irréel », « inhumain »… Les superlatifs ont défilé pour tenter de décrire l’énorme performance de Luka Doncic mercredi 7 septembre contre la France à l’EuroBasket. Un match conclu sur le score de 88-82 en faveur de la Slovénie dans lequel Doncic a inscrit 47 points à lui tout seul, confirmant encore son statut de prodige du basket.

La performance de « Luka Magic » face à la France est historique : un seul joueur a fait mieux dans l’histoire de la compétition, il y a 65 ans. Et encore, c’est le Belge Eddy Terrace qui avait récolté 63 points lors d’un match de classement, sans grand enjeu, contre l’Albanie en 1967, selon les données de la Fédération internationale de basket (Fiba).

Luka Doncic est un habitué du déluge de points marqués. Il a déjà fait mieux que ses 47 points avec sa sélection. C’était aux JO de Tokyo en 2021 : 49 points lors d’un match de phase de poule contre l’Argentine.

De plus, avec 53,4% des points marqués par son équipe, « Luka Magic » affiche le pourcentage le plus élevé depuis le Grec Nikos Galis face à l’URSS en 1989.

« Je suis juste né pour jouer au basket »

A seulement 23 ans, il est déjà considéré comme l’un des meilleurs basketteurs de la planète. Luka Doncic a été nourri avec le ballon orange. Fils de l’ancien joueur serbe Sasa Doncic, naturalisé slovène dans les années 1990, il a commencé très jeune à jouer au basket, tout en assistant aux matchs de son père. « Je me souviens qu’il est resté sous le panier », a déclaré Goran Dragic, un ancien coéquipier du père et actuel joueur de la NBA, au magazine Reverse. « Même à cet âge, on pouvait dire qu’il avait un bon feeling pour le jeu. Comme son père. Quand nous sommes revenus des vestiaires à la mi-temps, il était toujours là pour tirer. J’ai toujours gardé ce souvenir en tête. »


Dans les équipes de jeunes, Luka Doncic affole déjà les compteurs et joue dans les catégories supérieures. Pour lui, le basket n’est pas qu’un sport, c’est une passion dévorante. « Je pense que c’est un cadeau », a-t-il déclaré à Euroleague.net. « Je suis juste né pour jouer au basket. » A 13 ans, le natif de Ljubljana s’exile en Espagne pour s’entraîner au prestigieux Real Madrid. Trois ans plus tard, il devient le plus jeune joueur du club à évoluer en Liga. Il a ensuite enchaîné les titres avec une Euroligue, trois championnats d’Espagne, deux Coupes du Roi et une coupe intercontinentale. Il brille également en équipe nationale. En 2017, il participe au Championnat d’Europe avec la Slovénie, qui remporte la compétition sans défaite. Luka Doncic est nommé dans le top cinq de la compétition avec son compatriote Goran Dragic, l’Espagnol Pau Gasol, le Russe Alexei Chved et le Serbe Bogdan Bogdanovic.

Un début retentissant en NBA

Ses exploits ne peuvent plus se limiter à la seule Europe. La pépite slovène est sélectionnée en 2018 en 3e position dans le repêchage de la NBA par les Atlanta Hawks avant d’être envoyé aux Dallas Mavericks. L’arrivée sur le sol américain ne change rien à ses habitudes. Luka Doncic continue de progresser avec insolence. Il a même été nommé rookie de l’année à l’issue de sa première saison et est devenu le deuxième joueur européen à remporter ce prix après Pau Gasol.

Depuis, il connaît les grandes heures des Dallas Mavericks où, après le départ de la légende allemande Dirk Nowitzki – pour qui une cérémonie d’hommage a été organisée mercredi en marge de l’EuroBasket -, il a retrouvé le statut de favori des fans. Lors de la saison 2021, il envoie son équipe aux play-offs durant lesquels les Texans affrontent au premier tour, comme l’année précédente, les Los Angeles Clippers de Kawhi Leonard et Paul George. Même si les Mavericks sont éliminés en sept manches, Luka Doncic affiche une moyenne impressionnante de 35,7 points, 10,3 passes décisives et 7,9 rebonds dans cette série. Devenu incontournable de la franchise, le Slovène a désormais le droit à sa journée officielle, le 6 juillet, dans le comté de Dallas. Il a également signé une prolongation de contrat de cinq ans et de plus de 200 millions de dollars en août 2021.

« Luka Magic », nommé trois fois de suite dans le cinq de la saison NBA, draine les médias américains vers le Vieux Continent pour l’Euro : un journaliste du Dallas Morning News, le quotidien suivant ses Mavericks, un autre d’ESPN prépare un livre à propos de lui. Même le propriétaire de sa franchise, Mark Cuban, et son entraîneur Jason Kidd ont fait le déplacement. La cérémonie en l’honneur de Dirk Nowitzki aidant.

Une revanche à prendre contre la France

Reste à mener sa franchise, comme sa sélection, vers un titre de patron. Les retrouvailles avec la France mercredi ont ravivé des souvenirs sensibles pour le prodige slovène : ceux de l’élimination en demi-finale des JO (90-89) après le contre de Nicolas Batum au buzzer sur Klemen Prepelic qui s’apprêtait à marquer son lay-up.

« C’était très difficile à digérer », a livré mardi le phénomène slovène en conférence de presse. « C’était nos premiers Jeux olympiques et nous avons terminé quatrièmes, ce qui est la pire place possible. Cela a été difficile de passer à autre chose. Mais vous apprenez ce que vous auriez dû faire mieux, ce que vous n’auriez pas dû faire. »

Mercredi, Luka Doncic a montré sa revanche sur le parquet de Cologne. La suite appartient déjà à l’histoire et elle pourrait continuer à s’écrire : jusqu’à un titre le 18 septembre ?



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page