Skip to content
L’UE établit des pesticides et des règles écologiques pour éviter « l’effondrement des pollinisateurs »

De nouvelles règles visant à réduire l’utilisation de pesticides dans l’UE et à soutenir les agriculteurs ont été dévoilées par la Commission européenne mercredi 22 juin, après un retard de trois mois en raison des inquiétudes croissantes concernant l’impact de la guerre en Ukraine sur l’approvisionnement alimentaire mondial.

« Utiliser la guerre en Ukraine pour édulcorer les propositions et effrayer les Européens en leur faisant croire que la durabilité signifie moins de nourriture est franchement assez irresponsable, car les crises du climat et de la biodiversité… sont ce qui menace notre sécurité alimentaire », a déclaré le chef du Green Deal de l’UE, Frans Timmermans, lors d’une conférence de presse. dévoilement de la proposition.

Les pesticides sont des produits chimiques utilisés pour la protection des plantes et des cultures, mais ils sont potentiellement toxiques pour les humains et sont considérés comme l’un des principaux moteurs de la perte rapide d’abeilles et d’autres pollinisateurs.

La commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides, a déclaré que sans règles plus strictes, il existe un risque « d’effondrement des pollinisateurs et des écosystèmes, qui aura des impacts plus importants sur la sécurité alimentaire et les prix des denrées alimentaires ».

La proposition législative, qui doit encore être soutenue par les États membres et les députés européens, rend juridiquement contraignant l’objectif de réduction de 50 % des pesticides mentionné pour la première fois dans la stratégie de la ferme à la fourchette.

Mais les capitales nationales pourront fixer leurs propres objectifs dans des limites définies – en tenant compte des données historiques sur les ventes de pesticides et l’utilisation nationale des pesticides de chaque pays.

Néanmoins, les règles fixent un plancher pour les objectifs nationaux d’au moins 35 pour cent de réduction des pesticides.

Des rapports annuels devront être produits chaque année par les autorités nationales et l’exécutif européen pourra intervenir lorsque les objectifs nationaux sont jugés insuffisants pour atteindre l’objectif global, a déclaré mercredi à la presse un responsable de la Commission.

« Il s’agit d’une proposition basée sur la science et, surtout, répondant aux attentes des citoyens », a déclaré Kyriakydes.

En fait, l’utilisation de pesticides est une préoccupation alimentaire majeure pour près de 40 % des Européens, une récente initiative citoyenne soutenue par 1,2 million de personnes appelle à une Europe sans pesticides d’ici 2035, et les citoyens participant à la Conférence sur l’avenir de l’Europe ont appelé à « la réduction drastique » de ces produits chimiques.

Interdiction des pesticides dans les parcs publics

La proposition de la commission introduit également une interdiction de tous les pesticides dans les zones dites sensibles, telles que les parcs publics, les aires de jeux, les écoles, les terrains de sport, les chemins publics et les sites de protection Natura 2000.

D’autres mesures comprennent l’obligation pour les agriculteurs de tenir des registres des pesticides dans leurs cultures et la promotion d’alternatives pour garantir l’utilisation de ces pesticides chimiques uniquement en dernier recours.

Les auditeurs de l’UE ont déjà émis des doutes sur le système utilisé pour mesurer les progrès vers les objectifs de réduction des pesticides en 2020, bien que les indicateurs de risque liés aux pesticides soient également une source de préoccupation pour les militants et la communauté biologique depuis des années.

La commission a reconnu que les règles existantes ont été « trop ​​faibles » et « inefficaces » pour réduire de manière adéquate l’utilisation de ces produits chimiques tout en affirmant que les États membres de l’UE ont fait plus que d’autres pour réduire l’utilisation et les risques de ces produits chimiques au cours de la dernière décennie.

Le Danemark, par exemple, a réussi à réduire l’utilisation des produits phytosanitaires ces dernières années grâce à des instruments politiques tels que sa taxe sur les pesticides.

Le pays scandinave fait partie du groupe des pays de l’UE qui utilisent moins de pesticides pour protéger les cultures, avec la Roumanie, la Suède, la Finlande, l’Estonie et la Lituanie.

En revanche, c’est aux Pays-Bas, en Irlande, en Italie, au Portugal, en France et en Grèce que l’on utilise le plus de pesticides par hectare de terres cultivées, selon Chiffres d’Eurostat.

Pourtant, l’Allemagne, l’Espagne, la France et l’Italie sont de loin les plus gros acheteurs de pesticides dans l’UE.

Selon la proposition de la Commission, les agriculteurs pourront utiliser le financement de la politique agricole commune (PAC) pour surmonter les coûts des techniques alternatives de pesticides et d’autres incitations telles que le financement de précision pendant une période de transition de cinq ans.

En outre, il y aura un soutien financier et éducatif supplémentaire, a indiqué la commission.

Restauration de la nature

Pendant ce temps, la commission a également présenté une proposition distincte visant à restaurer au moins 20% des zones terrestres et maritimes de l’UE d’ici 2030 – après des décennies de législation n’ayant pas réussi à inverser l’état de déclin des habitats, des populations de pollinisateurs et autres.

« Le monde a changé… nous avons atteint un élan politique qui nous permettra de changer de direction », a déclaré Timmermans, expliquant comment les nouveaux objectifs et obligations de restauration apporteront un changement.

Une fois la législation adoptée, les États membres de l’UE auront deux ans pour préparer des plans nationaux de restauration afin d’atteindre l’objectif global.

Dans l’ensemble, les mesures de restauration de la nature devraient être en place d’ici 2030, tandis que l’objectif de réduction des pesticides devrait être atteint d’ici 2030.




euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.