Skip to content
L’UE a dépensé au moins 72 milliards d’euros de moins pour le climat qu’elle ne le prétendait


La Commission européenne a surestimé le montant qu’elle a dépensé pour l’action climatique pour 2014-2020, ont déclaré les auditeurs de l’UE, ce qui soulève des doutes quant à la fiabilité des futurs rapports utilisés pour suivre l’action climatique.

Le rapport de surveillance publié lundi 30 mai a révélé que la commission avait surestimé les dépenses climatiques d’au moins 72 milliards d’euros, notamment celles provenant du financement agricole.

  • Rapport de la Commission européenne sur les dépenses climatiques pour 2014-2020 et surestimations probables (Photo : Cour des comptes de l’UE)

Dans l’ensemble, les rapports de l’UE sur les dépenses climatiques étaient « peu fiables » et « incohérents », ont déclaré les auditeurs de l’UE, soulignant les faiblesses de la méthodologie de reporting.

L’UE s’est engagée à consacrer au moins 20 % de son budget à l’action climatique en 2014-2020 afin de lutter contre le changement climatique par le biais des dépenses de l’UE.

Mais les propres auditeurs de l’UE affirment que seulement 13% du budget (environ 144 milliards d’euros) ont effectivement contribué à l’action climatique – contrairement au rapport de l’année dernière dans lequel la commission promettait que 216 milliards d’euros avaient été investis dans la lutte contre le changement climatique.

Des écarts aussi importants ont soulevé des inquiétudes quant à la fiabilité des futurs rapports sur les dépenses climatiques pour la période 2021-2027, l’objectif de dépenses liées au climat ayant été porté à 30 %.

La méthode de suivi actuelle, selon les auditeurs de l’UE, est un exercice a priori qui implique une « approximation significative » car elle est parfois basée sur les dépenses prévues et les montants engagés, au lieu des dépenses finales.

Ils ont également fait valoir que le système ne suit que les « impacts positifs potentiels » sans réellement évaluer la contribution finale aux objectifs climatiques de l’UE.

Par exemple, la moitié des dépenses climatiques de l’UE pour 2014-2020 est liée à l’agriculture – pourtant les émissions de l’agriculture dans le bloc ont très peu changé au cours de la dernière décennie.

Le rapport a conclu que la commission avait probablement surestimé les contributions des dépenses agricoles de près de 60 milliards d’euros.

Mais il a également constaté que la commission surestimait la contribution climatique des financements d’infrastructure et de cohésion tels que les chemins de fer, l’électricité et la biomasse.

Le suivi du climat dans le cadre du budget 2021-2027 de l’UE reste pratiquement le même que pour 2014-2020, faisant craindre des surestimations répétées au cours d’une période clé pour l’action climatique.

« Des coefficients climatiques injustifiés [and applied for the calculations]des incohérences dans le reporting des projets ferroviaires, [and] options d’utilisation des combustibles fossiles… soulève des questions sur la fiabilité des futurs rapports sur le climat », ont déclaré les auditeurs.

Néanmoins, les plans de relance de l’UE soulèvent d’autres défis, ont-ils ajouté.

Dans le cadre des fonds de relance post-pandémique, les pays de l’UE ont fixé un objectif de 37 % pour les dépenses climatiques conformément au principe « ne pas nuire de manière significative ».

La commission a été invitée à améliorer la méthodologie actuelle, à publier des lignes directrices pour assurer la cohérence entre les différents domaines et à rendre compte des dépenses de l’UE ayant un impact potentiellement négatif sur le climat.

Alors que l’exécutif européen semble ouvert à l’amélioration de son système de reporting, il l’a jugé « solide » et « fiable » car la méthodologie et ses hypothèses sont « claires, raisonnables et communiquées de manière transparente ».

En outre, la commission a déclaré qu’elle ne suivrait pas les dépenses de l’UE ayant des effets négatifs potentiels sur le changement climatique, car cela créerait une charge administrative supplémentaire.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.