Skip to content
l’ouverture de la saison de chasse perturbée par la sécheresse de cet été

« Elle est aux anges ! » Thierry Guégan et son chien attendaient avec impatience l’ouverture de la chasse. « Tout le matériel est déjà préparé depuis une semaineexplique-t-il avec un sourire. Les munitions sont prêtes et la tenue aussi. Même le chien est excité parce que quand les chiens voient l’arme, ils le savent. »

>> L’article à lire pour comprendre la sécheresse exceptionnelle qui frappe la France métropolitaine

Mais à cause de la sécheresse qui a sévi cet été dans plusieurs régions de France, les chiens ont plus de mal à faire leur travail, faute d’humidité, explique Bruno Meunier, président de la fédération départementale des chasseurs de Charente.

« Le pointeur fait remonter les fumées du jeu. C’est vrai qu’avec une telle sécheresse qu’il y a en ce moment, il n’y aura pas de fumées. Cela signifie que le chien pourra passer peut-être 20 mètres à côté du jeu et il n’est pas va trouver n’importe quoi. »

Bruno Meunier, président de la fédération départementale des chasseurs de Charente

chez franceinfo

« Avec des conditions idéales, il l’aurait senti, il l’aurait arrêté et là il passera, et puis il ne trouvera rien : tant mieux pour le gibier et tant pis pour le chasseur ! », ironise Bruno Meunier. Une autre difficulté se pose aux chasseurs : les récoltes précoces dues aux fortes températures estivales. « Sur un terrain nu, on a un peu de chance d’avoir du gibier et même si on en trouve un, qu’est-ce qu’il fera ? Il s’envolera vers le maïs, là où on n’a pas le droit de chasseril explique. Donc un territoire dégradé, donc peu propice à la chasse, mais tout pour le bonheur du gibier. »

Malgré la sécheresse, le gibier est présent en nombre cette année, selon la société des chasses de Vars, qui veille également à sa reproduction. « On fait des repérages et des comptages pour localiser où ils sont le plus, où ils sont le plusexplique Thierry Guégan. On a mis des mangeoires et des abreuvoirs. » L’appareil est composé « d’un seau avec un petit ressort » : « comme ils picorent, le blé descendra », développe-t-il. Cette année, avec la sécheresse, les mangeoires et abreuvoirs étaient un peu plus remplis, « un bon tiers de plus »selon le chasseur.

Les associations environnementales locales, telles que Charente Nature, affilié à France Nature Environnement, souhaitent néanmoins mettre en place des concertations pour réfléchir à la réduction de la durée de la saison de chasse et à la réduction du nombre d’espèces pouvant être récoltées, dans le contexte de la crise climatique « dans lequel nous nous trouvons ». Car la sécheresse a quand même affecté certaines espèces. A Vars, l’ouverture de la chasse se fera sans les cailles qui, faute de pluie et de végétation, n’ont pas pu se nourrir et se reproduire suffisamment.




francetvinfo .Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.