Skip to content
L’Ossétie du Sud organisera un référendum sur l’adhésion à la Russie en juillet

Le 17 juillet, un référendum sera organisé en Ossétie du Sud sur le rattachement de ce territoire du Caucase (dont l’indépendance vis-à-vis de la Géorgie n’est pas reconnue par cette dernière) à la Russie : c’est ce que prévoit un décret signé le 13 par le président de l’Ossétie du Sud, Anatoly Bibilov.

« Ce n’est pas seulement un partenariat ou une amitié. Il s’agit plutôt d’une relation de confiance entre deux frères, où le frère aîné comprendra et soutiendra toujours avec des paroles et des actes, et le frère cadet honorera et aidera l’aîné. En même temps, réaliser pleinement l’autosuffisance et l’égalité des droits pour tous. Il est temps de s’unir », a déclaré le chef.

Pour rappel, la République d’Ossétie du Sud est née d’une sécession de la Géorgie en 1992 mais son indépendance n’est reconnue à ce jour ni par la Géorgie ni par l’ONU. La Russie, en revanche, a reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud ainsi que celle d’un autre territoire, l’Abkhazie, après un conflit éclair entre Tbilissi et Moscou en 2008. Des forces russes y sont stationnées.

Quelques autres pays ont reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud, dont la Syrie et le Venezuela.

Un projet « inacceptable » pour la Géorgie

Le projet de référendum sur un rattachement de l’Ossétie du Sud avait été évoqué dès le 30 mars dernier par Anatoly Bibilov. Les autorités géorgiennes ont alors exprimé leur ferme opposition. « Il est inacceptable de parler de référendum alors que ce territoire est occupé par la Russie », a déclaré le chef de la diplomatie géorgienne, David Zalkaliani, le 31 mars.

Moscou, pour sa part, avait fait preuve de retenue. Interrogé sur le sujet fin mars, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a notamment déclaré : « Je ne peux exprimer aucune position. Nous n’avons pris aucune mesure légale ou autre à cet égard. En même temps, dans ce cas précis, c’est l’opinion du peuple d’Ossétie du Sud qu’il exprime. Nous le respectons.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.